L'alimentation au quotidien

Quand les légumes nous aident à nous exprimer

image_pdfimage_print

Légumes4En plus de tous leurs effets bénéfiques sur notre corps, les légumes peuvent aussi nous aider à exprimer ce que l’on ressent et ce que l’on pense. As-tu remarqué que les cucurbitacées et autres courges n’étaient pas seulement présentes dans les potagers et dans nos assiettes… mais aussi dans la langue française ?

De nombreuses expressions du langage familier font intervenir des légumes. Comme techniquement, tous les fruits sont aussi des légumes… pas de raison de les exclure. Tu veux apprendre à “parler légume” ? C’est par ici !

Des légumes pour décrire comment on voit les autres

Les légumes peuvent servir à décrire les caractéristiques physiques de quelqu’un : la forme des yeux (“en amande”) ou des oreilles (“en feuille de chou”), ou encore la couleur des cheveux (“poil de carotte”). Ils servent aussi à évoquer la taille ou la corpulence de manière pas toujours très sympathique : on dit par exemple de quelqu’un de petit qu’il est “haut comme trois pommes”, et à l’inverse d’un grand que c’est une “asperge”.

Ils peuvent également décrire l’aspect extérieur ou l’habillement. En hiver il t’arrive sûrement d’être “vêtu comme un oignon” (avec plusieurs couches de vêtements) pour te protéger du froid… et dans les moments gênants, tu deviens peut-être “rouge comme une tomate” !

On peut aussi détailler le caractère de quelqu’un. A l’adolescence où on ressent plein de sentiments très forts, certains sont un peu “cœur d’artichaut” et tombent amoureux à tout bout de champ ! Dans tes amis, tu as peut-être une “bonne poire”, qui croit tout ce qu’on lui dit et se montre naïf. Ta meilleure amie est sûrement quelqu’un de “chou”, qui se montre très attentive et prévenante avec toi : elle te traite “aux petits oignons”.

Des légumes pour discuter, se disputer

Si on se dispute avec quelqu’un ou qu’on veut exprimer son désaccord, ça peut être pratique d’utiliser les légumes : on dit ce qu’on pense sans être vulgaire. Mieux vaut un langage avec des légumes qu’un “langage fleuri” (grossier) ! Pas besoin de se “prendre le chou” (la tête) ! Un peu d’humour et de second degré ne font pas de mal : on désamorce la situation, et ça peut éviter de se prendre un marron ou une châtaigne ;-).

Articles similaires

Alors, si tu es confronté à une “patate” ou un “cornichon”, ne dis plus “il me saoule”, mais “il me court sur le haricot”. Si un camarade raconte des histoires abracadabrantes, “ramène sa fraise” à tout bout de champ, ne le traite pas de “mytho”, mais dis-lui qu’il “raconte des salades”. Et si quelqu’un se mêle de ce qui ne le regarde pas, tu peux lui dire de “s’occuper de ses oignons”.

Des légumes pour dire comment on se sent

Il t’est sûrement déjà arrivé de sortir d’une grosse journée de cours et d’avoir le “cerveau en purée” ou la “tête comme une pastèque”… Pas toujours facile d’être ado, surtout si tu as “fait chou blanc” (échoué) au contrôle de maths.

Mais ne te décourage pas, c’est pas “la fin des haricots”. Peut-être que tout ce qu’il te faut, c’est passer un bon moment avec tes potes pour te “fendre la poire” et retrouver “la pêche”… en espérant que tu n’aies pas à “faire le poireau” en les attendant !

Finalement, peut-être que tous ces légumes nous aident à trouver des images parlantes pour décrire le monde, et comment on s’y sent. On peut trouver tout cela trivial, mais maîtriser le langage, c’est une manière de mieux maîtriser sa pensée, et de mieux l’exprimer !

Et n’oublie pas, si tu as un coup de mou et que tu en as “gros sur la patate” parce que tu vis un moment difficile… n’attends pas que “les carottes soient cuites” : appelle Fil Santé Jeunes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page