Engagement : j'y vais, j'y vais pas ?

S’engager pour des idées

image_pdfimage_print

Militants de tous horizons : par ici ! T’engager pour des idées qui t’animent ou contre celles qui te révoltent, comme défendre le plus petit de la cour de récré, défendre l’égalité entre les hommes et les femmes, ou simplement lutter contre la bêtise… que de combats ardus !

L’engagement c’est toujours un choix ! Si tu es contraint(e) de t’engager c’est que tu n’as pas eu le choix, ce n’est donc pas un engagement. Afin de t’engager pour des idées, il est important d’y croire, mais aussi de les comprendre ! S’engager pour une idée qu’on n’est pas capable d’expliquer, ça peut vite devenir dangereux. On est plus vraiment engagé, mais manipulé. S’engager pour des idées, ça suppose d’y réfléchir, et donc d’être libre de penser !

Quelles idées pour s’engager ?

Quand on s’engage pour des idées, on parle souvent de convictions. C’est-à-dire une façon de penser à laquelle tu crois vraiment et qui a du sens pour toi. Par exemple, tous ceux qui sont engagés pour l’écologie pensent que c’est important, et sont profondément convaincus par cette idée. Ce qui veut dire qu’il faut bien t’informer avant de t’engager : il arrive fréquemment qu’une idée séduisante à première vue soit bien moins reluisante en profondeur ! Tout particulièrement du côté des idées radicales, extrêmes, et sans nuances comme par exemple le machisme ou le fondamentalisme. Ces idées donnent souvent le sentiment d’être important, puissant et supérieur aux autres. Attention, pente glissante !

L’engagement pour une idée, c’est comme une relation

Articles similaires

« – Dis-moi, L’idée, on se met en couple ou pas ? » 

– Après tout, pourquoi pas puisqu’on s’aime…

– Mais… ça voudrait dire changer de statut sur les réseaux ? Te présenter à mes potes ? En parler à tes parents ?! T’INVITER A NOËL AVEC TOUTE LA FAMILLE ??!!

– Oh my god l’angoisse. »

Pas de panique, l’engagement peut se faire progressivement. T’engager dans une voie ne t’oblige pas à suivre des schémas qui ne te plaisent pas. Comment être sûr que cette idée va te plaire à plus long terme ? On ne peut pas le savoir à coup sûr. L’idéal est de bien poser les bases de la relation avec ton idée : savoir dans quoi chacun s’engage, ça peut éviter la guerre mondiale !

Mes responsabilités ?

Tu te dis peut-être que l’engagement pour des idées, ça ne regarde que toi. Et pourtant… pas tout-à-fait ! (NDLR : et oui on fait dans la nuance). Ce qui est sûr c’est que le choix n’appartient qu’à toi, mais que s’engager pour une idée, c’est toujours s’engager avec d’autres. Les végétariens par exemple ont un engagement à la fois idéologique, philosophique (contre la souffrance animale) et politique (éviter la surproduction agro-industrielle ainsi que ses conséquences écologiques et sociales).

S’engager pour des idées, c’est prendre des responsabilités, et ça a forcément des conséquences. Pour t’engager dans quelque chose, tu as besoin d’y réfléchir, de penser à ce que ça implique. Mais ça ne veut pas non plus dire « pour toute la vie du monde entier jusqu’à l’éternité pour toujours ! ».

C’est donc aussi une responsabilité collective, parce que les autres comptent sur toi et ton engagement. Si tu es engagé dans l’écologie ou dans le féminisme, c’est pour changer ton mode de vie, mais aussi la relation aux autres … et qui sait pour changer le monde aussi ! Quand tu tries tes déchets par exemple, c’est toi qui t’en charges mais c’est un engagement pour la société, pour le collectif, et la planète.

Parfois, certaines idées sont incompatibles avec les règles actuelles. On ne peut pas être d’accord sur tout. Souvent, quand on s’engage pour des idées, ça implique de lutter contre d’autres idées. De temps en temps, c’est aussi par le biais de la transgression que de nouvelles idées émergent, bonnes ou mauvaises.

J’ai changé d’avis !

Tu pourras aussi avoir envie de te désengager, tu as le droit. Quand on fait ça, c’est en général parce qu’on réorganise ses priorités, ou qu’on n’est plus d’accord avec les idées portées par l’engagement. C’est-à-dire que soit on change d’avis (ça arrive !), soit on découvre que les idées pour lesquelles on s’est engagé ne correspondent pas à ce qu’on se représentait. Par exemple : tu t’investis dans un collectif militant écologique mais tu découvres ensuite que leurs valeurs tendent vers le sexisme ou le racisme. Ça n’est pas ce que tu imaginais. A ce moment-là, il faut pouvoir le dire, et t’autoriser à te désengager.

En bref, ça sera toujours à toi de te faire ta propre idée. La clé, c’est de bien t’informer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page