Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 27 octobre 2014

Usages des psychotropes chez les jeunes

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

Usages des médicaments psychotropes chez les jeunesLa France est championne du monde des consommations de médicaments psychotropes. Cela signifie que les Français consomment plus de médicaments psychotropes que leurs voisins… Triste record ?

De plus ces consommations ne cessent d’augmenter, et notamment chez les jeunes. Mais à quoi servent ces médicaments ? Comment sont-ils utilisés ? Peuvent-ils être dangereux ? Quelles utilisations en font les jeunes plus particulièrement ?

Qu’est-ce qu’un médicament psychotrope ?

Un psychotrope, c’est une molécule qui agit sur l’activité cérébrale c’est-à-dire sur le cerveau.

Les psychotropes se nomment également « substances psychoactives ». Selon le type de molécule, les actions sont différentes : action sur l’humeur, modification de la vigilance, modification des perceptions, action sur la douleur, …

Ces substances peuvent être légales (alcool, café, thé, médicaments psychotropes) ou illégales (drogues).

Les médicaments psychotropes sont utilisés comme traitement de certains troubles psychiques. Ils se divisent en plusieurs catégories :

  • Les antidépresseurs comme leur nom l’indique agissent en luttant contre les symptômes de la dépression.
  • Les anxiolytiques agissent sur l’angoisse et l’anxiété (ces molécules sont susceptibles de créer une dépendance).
  • Les somnifères aident les personnes qui n’y arrivent pas à trouver le sommeil.
  • Les neuroleptiques atténuent les symptômes psychotiques tels que les délires ou hallucinations.

Ces médicaments s’obtiennent avec une ordonnance et nécessitent un suivi médical. Le médecin spécialisé qui connaît le mieux ce type de traitement est le psychiatre. Certains médecins généralistes prescrivent également des médicaments psychotropes mais il faut préciser qu’ils ne spécialistes des troubles psychiques.

Augmentation et banalisation des usages des psychotropes chez les jeunes

L’OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies) nous apporte quelques chiffres sur la consommation des jeunes. La tendance est à la hausse des fréquences de consommation chez les jeunes, et notamment chez les filles : à 17 ans, elles sont 5 % à faire un usage régulier des «médicaments pour les nerfs ou pour dormir » en 2005, alors qu’elles n’étaient que 2,6 % en 2000. Qu’en est-il donc en 2011 ?! D’une façon générale, la consommation de ces produits concerne plus généralement les filles que les garçons (11,8% contre 3,7%). Enfin l’enquête indique qu’à l’âge de 14-15 ans, un jeune sur cinq déclare en avoir déjà consommé au cours de leur vie.

Mal-être et automédication : Attention !

Les filles ont en effet plus tendance que les garçons à utiliser les psychotropes dans l’espoir de résoudre des difficultés et d’apaiser une souffrance. Or ce n’est pas toujours l’unique solution…

Les chiffres montrent que pour les 17-18 ans, ces médicaments n’ont pas été prescrits directement au jeune dans la moitié des cas ! Pour 28% des 17-18 ans qui en consomment régulièrement, ce sont les parents qui les fournissent en leur donnant leurs propres médicaments ! Or un médicament ne peut pas se partager. Seul le médecin sera à même de décider si tel ou tel médicament peut être bénéfique pour une personne. La mauvaise utilisation de ce type de médicament peut être en effet nocif et dangereux.

Soyez vigilants !… L’automédication, c’est-à-dire décider soi-même du médicament que l’on va prendre et des doses est dangereuse. A certaines doses, des substances psycho-actives sont thérapeutiques, à d’autres elles deviennent nocives voire mortelles. Un médicament peut donc se révéler être un poison selon l’utilisation que l’on en fait…

Lorsqu’on va mal, l’important est de parler à quelqu’un de confiance de ses difficultés : infirmière scolaire, éducateur ou psychologue dans un Point Accueil Écoute Jeunes ou un CMP, psychologues de Fil Santé Jeunes au 0800 235 236.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)