Les troubles des conduites alimentaires

Mon poids et moi

image_pdfimage_print

TCA« Ô balance, balance, dis-moi qui est le / la plus… maigre ou gros-se ? Mais ne me balance pas aux autres, mon poids et moi : c’est entre nous ! »
Quand le poids prend toute la place, que tu es devenu-e un-e pro du calcul des calories, de l’IMC, de la dose quotidienne de graisses, de sucre, d’eau, de protéines, de lipides, de glucides… difficile de ne pas te sentir emprisonné-e ?

Le corps et les médias

A lire les magazines, ou écouter les « people », on a l’impression qu’il existe un poids idéal qu’il ne faut surtout jamais perdre de vue. De savants calculs, parfois très sérieux parfois très farfelus, nous sont proposés pour savoir si l’on a le poids qu’il faut : ni trop, ni trop peu… D’après eux, entre obèse et anorexique ou « musclor » et crevette, on oscille chaque instant pour trouver l’équilibre.
On nous propose un modèle unique sans nuances qui ressemble aux mannequins des papiers glacés (hommes ou femmes) lisses et souvent retouchés.
Si on en croit les médias, pour les filles : il faut avoir une taille de guêpe, les seins de Barbie et des jambes de gazelles. Et pour les garçons : les muscles de Wolverine, les tablettes de chocolat de Thor et la souplesse de Spiderman (musclé, sec et mince quoi !)…  Tout en gardant un poids plume. Tout ça parait : Mission impossible !

Entre hier et aujourd’hui : les représentations sur la silhouette ont-elles changé ?

Si les rondeurs d’aujourd’hui ont mauvaise réputation elles étaient le top de la beauté à la Renaissance. Prenons le temps de regarder les muses (top model de l’époque) des grands maitres. Tu peux regarder par exemple La Vénus au miroir du Titien ou L’Enlèvement des filles de Leucippe de Rubens.
Être bien en chair à l’époque était le signe du pouvoir et de la richesse ainsi que de la volupté et de la sensualité. Mais justement au moment où le corps change et que l’on passe d’un corps d’enfant à un corps d’adulte assume-t-on facilement d’être sensuel ?

Mon poids d’ado

Articles similaires

Le corps en pleine mutation, il n’est pas facile d’accepter ses poils (qui ne pèsent pas bien lourd), ses seins, ses fesses, ses muscles ou leur absence. Et pourtant si l’on observait les corps de ceux qui nous entourent, la diversité des formes, des tailles… on se rendrait vite compte que l’on est tous différents !
Sous des tonnes de pulls pour ne pas montrer sa maigreur, ou au contraire bien emmitouflé dans son embonpoint, on peut essayer de se cacher. Le poids devient alors un sujet de complexes.

Régime : quand tu nous tiens !

Que l’on ait envie de grossir ou de maigrir, de prendre ou de perdre du poids : il nous semble que LE dernier régime à la mode est celui qu’il nous faut. Pourtant dans ce chaos qu’est la puberté, inutile de chercher à tout prix à stabiliser son poids en évolution. On ne peut pas tout contrôler. Grandir c’est aussi s’apercevoir que certaines choses nous échappent. Et en attendant tranquillement que les transformations de notre corps se calment un peu mieux vaut éviter les régimes. A l’adolescence : laisse ton poids tranquille ;-).
Si ton poids te préoccupe, avant d’essayer de modifier ton corps, commence par prendre soin de lui : un bon bain chaud, une soirée à danser comme des fous, un match de foot endiablé, un bon fou rire entre potes…
Mais parfois on a besoin d’aide pour éviter les trop grands débordements. Si partager un bon repas avec des amis se transforme en opération de mathématique, ou si en te retrouvant seul-e, la nourriture vient combler l’ennui, le vide, c’est que ton poids t’empêche d’être bien dans tes baskets.
En parler avec tes parents dans un premier temps, avec l’infirmier-e scolaire de ton collège / lycée, ou ton médecin peut te permettre de rapidement retrouver du plaisir sans être écrasé sous les chiffres du poids ! Un poids porté à deux pèse moins lourd…

Si tu as l’impression de ne pas faire le poids 😉 face à une situation, ou si tu as des questions : appelle nous au 0800 235 236 ou envoie nous un mail dans Pose tes questions.

Des discussions Forum permettent également d’échanger avec d’autres qui vivent peut-être la même chose :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page