Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 13 janvier 2014

Traiter ses complexes

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

complexesOn aimerait tous trouver le remède magique pour soigner ses complexes et faire disparaitre ce qui nous paraît trop comme-ci ou pas assez comme-ça. Aujourd’hui quelques solutions s’offrent à nous mais il faut rester prudent sur les conséquences de ces solutions et l’impact qu’elles ont sur notre moral et sur notre santé en général.

Des solutions « médicales »

Beaucoup de complexes sont liés à la silhouette, surtout chez les filles. Une des premières solutions à laquelle on pense quand on veut corriger quelque chose dans sa silhouette, c’est le régime amincissant. Pour certains, c’est une vraie solution quand il est mis en place et accompagné par un médecin nutritionniste : il peut permettre de retrouver une harmonie dans la silhouette générale et éloigner les risques pour la santé. En revanche, il ne cible pas telle ou telle partie du corps, l’amincissement est global ce qui peut déplaire à celui ou celle qui voudrait perdre des formes sur une seule partie du corps. Enfin, un des dangers est celui des régimes draconiens entraînant des carences alimentaires et des reprises de poids toujours plus importantes.

Une autre solution médicale qui est souvent convoitée et idéalisée, c’est la chirurgie. Corriger un détail, remodeler une forme peut sembler pour certains LA solution miracle. Mais attention car les dangers physiques mais aussi psychologiques de la chirurgie existent réellement et peuvent être désastreux, surtout quand on est en pleine adolescence et que la croissance n’est pas terminée. Outre les erreurs médicales finalement assez rares mais réelles, le danger majeur est d’attendre de ces chirurgies un réconfort qui finalement n’arrive jamais : après une première intervention, on peut avoir envie de recommencer encore et encore car l’idéal de perfection n’est jamais atteint. C’est alors la spirale de la bistourimania qui ne fait que contourner un problème bien plus profond. Pour certains cependant, bénéficier d’une petite correction chirurgicale est un réel soulagement et efface des années de souffrance. C’est pourquoi il est important avant d’entreprendre une telle démarche, de bien réfléchir aux raisons de ce choix, d’en parler avec des personnes compétentes et de s’accorder le temps nécessaire à la réflexion. C’est une pratique très encadrée où l’avis des parents et des professionnels est indispensables.

Des solutions pour changer de look et d’apparence

D’autres préfèreront jouer sur le look, l’image de soi pour faire un pied de nez aux complexes. Le maquillage, la coiffure, le style vestimentaire vont pouvoir permettre à ceux qui se sentent complexés de masquer ou au contraire d’accentuer ce qui les gêne. En attirant le regard des autres d’une façon décalée, on peut ainsi se sentir moins complexé et plus sûr de soi.

Dans une autre mesure, certains prendront leur revanche sur leurs complexes. C’est par exemple ce que peuvent nous expliquer certains bodybuilders, qui après des années de complexes à cause d’un physique gringalet, ont choisi de développer leur musculature à l’extrême pour surpasser ce mal-être. Mais attention, cette pratique est loin d’être sans risque. Il peut être préférable de faire de la muscu avec un éducateur sportif.
De même, certaines femmes (et hommes !) en surpoids ont également rejoint des associations qui créent des lignes de vêtements adaptés, qui organisent des défilés de mode, des sorties-rencontres amoureuses etc.…

Des solutions « psy »

Vous avez sûrement déjà vu ou entendu parler de ces émissions qui proposent un coaching pour changer de look et combattre ses complexes. Si ces coach mettent l’accent sur le look et l’image de soi, ils peuvent aussi tenter de mettre en lumière des souffrances plus profondes, plus anciennes qui contribuent à ce que certains se sentent mal dans leur peau, complexés et en manque de confiance. L’idée que les complexes pourraient avoir une origine psy est une bonne idée, mais cependant attention à ne pas se retrouver avec un « psy de comptoir » qui risquerait de faire remonter des choses difficiles et qui ne pourraient pas vous aider à les traiter. C’est pourquoi il est important de pouvoir mettre en place un espace de parole avec un psy formé et compétent, qui vous aidera à faire face à ces douloureux ressentis qui émergent. Une psychothérapie peut en effet contribuer à ce que les solutions dont on vient de parler soient plus efficaces à long terme. La psychothérapie peut être une solution en elle-même en tentant de vous réconcilier de façon définitive avec vos complexes.

D’une façon générale, être complexé fait partie de la nature humaine : on a tous un petit quelque chose qui nous déplaît, nous gêne… mais la plupart du temps on s’en accommode et on trouve une pirouette pour qu’il ne nous empoisonne pas la vie. Cette « sagesse » s’acquiert aussi avec le temps, ce qui n’est pas forcément envisageable quand on est ado : on est pressé, on veut être beau/belle tout de suite ! Patience…

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)