Idées noires

J’ai des idées suicidaires

image_pdfimage_print

dépressionIssu du latin sui : « soi » et caedere : « tuer » – le suicide est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Le suicide se situe à la deuxième place des causes de mortalité chez les adolescents, après les accidents de voitures. Chaque année en France, mille jeunes meurent par suicide et quarante mille sont hospitalisés après avoir tenté de le faire.

De quoi s’agit-il et pourquoi on en arrive là ?

Un acte de grande souffrance

Il n’y a pas de cause unique aux idées suicidaires. Dans certains moments de crise, d’extrême désespoir ou dans le cadre d’un trouble mental comme la dépression par exemple, certaines personnes n’arrivent pas à faire face aux difficultés qui les font souffrir. Désespérées et aveuglées par leurs problèmes, elles peuvent avoir l’impression de ne plus avoir de solutions pour diminuer leur souffrance. Elles ont le sentiment d’être dans une impasse, dans un tunnel où elles ne voient pas la sortie. C’est alors que des idées suicidaires peuvent se manifester. L’idée de suicide peut, à tort, leur donner le sentiment d’une issue à cette impression d’impasse. Le suicide apparaît en fait, aux yeux des personnes souffrantes, comme étant la seule possibilité qu’il leur reste pour enfin « faire cesser » une souffrance jugée insupportable.

« Je ne voulais pas mourir, je voulais juste me tuer »

Avoir des idées suicidaires n’est jamais anodin et c’est souvent le signe d’un profond mal-être, d’une immense détresse intérieure. Les idées suicidaires sont une forme de signal d’alarme que le cerveau nous envoie pour nous indiquer que nous sommes souffrants et que nous devons chercher de l’aide. Souvent, l’envie de mourir est confondue avec l’envie de stopper la souffrance. Une personne qui a des idées suicidaires n’a pas forcément envie de mourir. Elle cherche à trouver une solution à ses problèmes et à arrêter de souffrir, et non à arrêter de vivre.

Articles similaires

En fait, le suicide serait plus un moyen de mettre un terme à une existence qui fait souffrir, un moyen de fuir une réalité insupportable, qu’un véritable désir de mort. C’est par un désir de changement, un désir de vivre différemment, de vivre une vie qui serait telle qu’elle la voudrait et qui ne soit pas soumise aux déceptions, aux ruptures et aux difficultés…, que la personne va être tentée de commettre cet acte, sans forcément se rendre compte des conséquences désastreuses. Lorsque l’on souffre, notre mal-être risque en effet de déformer notre vision de monde au point d’envisager la mort comme une solution. Or, ce n’est pas une solution ! Le suicide, c’est juste l’illusion d’un soulagement. C’est un piège. En réalité, c’est la fin.

Si on a des idées suicidaires, on doit absolument en parler. Le suicide n’est jamais la solution ! Demander de l’aide permet d’avoir un autre regard sur ses problèmes et d’identifier des solutions qui permettront de faire face aux difficultés rencontrées, qui permettront d’aller mieux.


Tu as envie et/ou besoin de parler de toi ou d’échanger avec d’autres sur le sujet ?…

Pose ton post ou participe aux discussions du Forum :

« J’ai envie de mourir »

« S’en sortir ou mourir »

« Suicide »

106 commentaires

  1. Bonjour je viens d’avoir 19ans depuis un bon moment maintenant je suis très mal dans ma peau malgré un certains soutient Familial et de quelques amis je n’ai plus goût en la vie et cela s’est aggraver depuis que ma copine qui était mon pillier m’a raison de vivre qui me faisait tenir ma quitter maintenant j’ai vraiment envie d’en finir je n’ai plus d’espoir d’avenir et je ne vois pas le bout du tunnel non plus… Je suis dans une grande détresse sentimentale et affective et je ne voit pas dissu je fait même des rêves ou je me voit mort… Que puis je faire pour me sortir de la 😭

    1. Bonjour,
      Tu parle de choses difficiles à vivre. Si tu souhaite échanger avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes à ce sujet, tu peux nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’, le dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas !
      Tu peux aussi échanger avec d’autres jeunes dans nos Forums.
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    2. Bonjour
      Ce que tu dis est normal dans cette condition autour de moi j’ai eu des amis qui ont vécu cela même après 40 ans
      Il faut absolument que tu consulte un psychologue il va t’expliquer que le sentiment amoureux intense quand il s’arrête c’est une souffrance terrible mais c’est surmontable avec un peu de temps tu refera surface il ne faut pas que tu te fasses piéger par ces idée et sentiments que tu as actuellement

  2. Bonjour, j’ai 17 ans et j’ai déménagé depuis le début d’année, ça fait déjà deux que je sens comme un vide en moi et que j’ai des idées noirs. Ma mère s’en moque et me dit que je fais ma dépressif de la vie et pourtant j’essaie de lui montrer que j’ai besoin d’aide. Mais pour elle il n’y a aucunes raisons que je sois mal, c’est vrai j’ai un toit une chambre et a mangé et pourtant je ne cesse de mal me sentir, Au bout de deux ans je n »en peut plus, je suis à si peu de lâcher et je sens que je suis pas loin de faire une erreur heureusement la peur est la dernière chose qui me retiens mais la peur même elle commence à me quitter j’ai sincèrement besoin d’aide.

    1. Bonjour,
      Tu fais part d’une souffrance importante accompagnée d’idées noires. Ce serait bien que tu puisses échanger avec des personnes de confiance dans ton entourage ou avec un professionnel de santé. Ne reste pas seul.e avec ce qui te fait souffrir. Si tu souhaites en parler avec un professionnel de santé de l’équipe, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », nous contacter sur le chat’ ou nous appeler au 0800 235 236, la ligne est anonyme et gratuite. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas, nous sommes là pour toi !
      Tu peux aussi avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes dans nos Forums.
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    2. Hello!

      Moi aussi je suis dans le même état que toi, ma famille est au courant mais j’ai l’impression que pour eux ce n’est pas grave, c’est juste passagé … sauf que je suis dans cette pression depuis de très longues années qui revient sans cesse …. je peu être très bien pendant des jours voir des mois et refaire une chute assez vertigineuse où les idées noires reprennent la surface… J’essaye tout de mal chercher de l’aide au près des organismes pour aller mieux et comprendre mon mal être, mais des fois j’ai plus la force. J’ai sincèrement l’impression d’être dans un cercle vicieux interminable. Ce qui me fait le plus de mal c’est ma famille qui est au courant et qui cherche pas à m’aider, et c’est la que ça devient dangereux … Donc il faut qu’on soit forte, il fautq u’on soit beaucoup plus battante, resister a cette envie qui est réellement une illusion où on pensera que tout notre mal être disparaitra … or que c’est notre vie…. Si tu veux je suis la pour toi si t’as envie d’en parler <3 prend soins de toi <3

  3. Bonjour ,
    Depuis petite j’ai vécu bcp de choses difficiles mais le plus difficile aujourd’hui c’est les viols subis par mon père de mes 9 a 13 ans qui reviennent constamment dans ma tête . Ma mère avait aperçu mon père à plusieurs reprises mais à rien fait pour m’aider . Il a fallu attendre que j’en parle à une amie qui a ensuite informé les autorités pour qu’une enquête commence et qu’il soit jugée. Je vie avec ma mère à l’heure d’aujourd’hui et je sais qu’elle m’aime mais je ne comprends toujours pas pk elle ne m’a pas aidé avant . Peut être qu’elle ne voulais pas admettre que son mari est un monstre ? Mais quand ta petite fille est en danger une mère préfère t’elle aider son enfant ou ignorer les faits ?

    1. Bonjour,
      Tu fais part d’une situation très violente qui te fait beaucoup souffrir. Ce serait bien que tu puisses échanger avec des personnes de confiance dans ton entourage ou avec un professionnel de santé. Ne reste pas seule. Si tu souhaites en parler avec un professionnel de santé de l’équipe, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », nous contacter sur le chat’ ou nous appeler au 0800 235 236, notre dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas, nous sommes là pour toi !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  4. J’ai des idées noires depuis mon déménagement, je pensais que ca irait mieux au bout de quelques semaines mais non cela fait 5 mois que j’ai déménagé et je me sens toujours aussi mal, je n’ai pas le courage d’en parler autour de moi parce que j’ai peur qu’on ne me prenne pas au sérieux ou qu’on se moque de moi. Je ne sais vraiment pas quoi faire, j’ai pensé à un psychologue mais le problème est toujours le même je n’arrive pas à en parler.

    1. Bonjour,
      Tu évoques une grande souffrance depuis ton déménagement. Ce serait bien que tu puisses en effet échanger en direct sur ces sujets. Dans l’espace commentaire ce n’est pas possible mais tu peux nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’, le dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’).
      N’hésite pas !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

      1. Le problème est que j’ai déménagé sur une île très loin de la France (la nouvelle Calédonie) et donc il y a 10h de décalage horaire et je ne peux appeler que en whatsapp car mon téléphone ne peut plus appeler ou envoyé des messages normaux

        1. Vous pouvez vous connecter sur notre chat et malgré les horaires décalées joindre un professionnel du dispositif. nous sommes ouverts de 9h à 22h (horaires métropoles). Bon courage.
          L’équipe de Fil santé Jeunes

  5. Bonjour,
    Vous dites « le suicide n’est jamais la solution ». Je ne comprends pas. Pourriez-vous expliquer en quoi ce n’en est pas une ? /gq
    Après la mort, plus de vie, par définition. Donc plus de bonheur mais plus de souffrance non plus. Je me trompe ?

    1. Bonjour,
      Merci pour votre lecture attentive de l’ensemble de notre site. L’idée de cet article est de donner des pistes de réflexion et d’inviter les personnes qui souffrent à trouver des solutions qui ne soient pas autodestructrices. Cependant, l’espace commentaire ne permet pas des échanges individualisés. Si vous avez envie d’échanger sur ce que vous traversez ou sur ce qui vous préoccupe avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes, vous pouvez nous joindre par téléphone au 0800 235 236, par chat’ ou dans notre espace : « Pose tes Questions », accessible depuis notre site. Notre dispositif est anonyme et gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 09h à 23h (22h pour le chat’).
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    2. Bien dit quand c’est trop c’est trop, il y a pas d’âge ou de plus dure que quelqu’un d’autre, ca fait des année que je lutte je suis fatigué aussi, je vous comprends

    3. Au moins quand vous êtes mort personne vous agresse dans ces temps présent et ne vous insulte.
      Qu’on nous fiche la Paix.
      Que des Barjos dans ce monde de violence y en a marre.

  6. Bonjour, je suis actuellement en grave phase de dépression (j’ai des anti dépresseurs, type « **** » selon mon psychiatre), suite a des problèmes de sur efficience type HP, « haut potentiel », non reconnu … je souffre en effet depuis 10 ans de cette « maladie », je réfléchie simplement trop. En partie, voir pour la majeure partie, je songe tout le temps a mettre fin a mes jours, et a me foutre en l’air. Je regrette de plus en plus, mon manque d’assurance et qui a causé, suite à ça, des problèmes de sociabilité (grand problèmes …), et même jusqu’à mes étude , mon inactivité a l’heure d’aujourd’hui. N’ayant pas réussie à poursuivre, aller jusqu’à l’obtention d’un bac je ne fait rien de mes journées. Je pense à la mort, j’ai gâché, (cette maladie en grande partie plus des problèmes familiaux) m’ont ruiné ma vie, m’ont empêché d’aller vers les autres et avoir de bonnes relations, dites « stables ». Bref, je déprime e plus en plus je songe à la mort, sous n’importe quel forme, je ne me supporte plus, je ne m’accepte plus, je rejette qui je suis et mon passé avec. Mon « fonctionnement », qui a quasi bousillé l’intégralité de ma vie. (études, relations…) ce n’est meme pas quelque chose de reconnu le fait d’etrre « zebre », (encore que certains psy et bouquins *** en parlent et a la tele aussi parfois quelques émissions …) mais le vrai probleme etant que JE DESIRE METTRE FIN A MES JOURS, je l’avoue par moments, suite en grande partie, à ça. Je n’ai pas d’ami, 0 petit ami, pas d’etudes, de boulot, et je reste mes journées devant mon PC. :wacko: :whistle: 😥 😥

    1. Bonjour Ellla,
      Tu as bien fait de prendre la parole sur ce qui te fait souffrir. Nous pensons que tu as besoin d’aide. Ne reste pas seule avec tes idées noires. Il serait important que tu échanges avec ton psychiatre à ce sujet. L’espace commentaire ne permet pas des échanges individualisés. Pour parler davantage de la situation que tu vis, nous t’invitons à nous joindre dans nos espaces interactifs. Si tu as envie d’échanger avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes, tu peux nous joindre par téléphone au 0800 235 236, par chat’ ou dans notre espace : « Pose tes Questions », accessible depuis notre site. Notre dispositif est anonyme et gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 09h à 23h (22h pour le chat’).
      Si tu as envie d’avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes, tu peux également poster un message dans notre Forum.
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  7. Bonjour, je fais que de mentir dès l’âge de 3 ans j’ai commencé. Au début c’était des chose bête puis plus j’ai grandi plus c’était des mensonge plus grand qui attennier ma vie et ma famille. Je n’avais plus confiance en personne. En grande section ma meilleure amie et tombée sur une vidéo pornographique, elle m’a dit qu’il fallait que j’essaye. Et comme je mentait et voulait toujours me montrer forte et tous ça pour pas qu’on m’embête que j’ai dit OK. Mais ensuite je l’ai regrette car ça m’avait énormément choquée. Dés qu’elle venait chez moi elle voulait le refaire et par le fait que je sois choquée je voulais découvrir et je disais toujours oui. Puis elle m’a fait découvrir à l’âge de 7 ans comment les personnes se fesait du bien donc j’était désemparée. Je fesai que de mentir tous le temps à ma famille et à l’école. Puis est arrivée là 6ème j’avais une enseigne amie de l’école qui y était aussi mais elle tombé sur une fille qui faisait que de me taper je voulais pas le dire à ma famille mais je lp’ais dit car j’avais envie qu’on me remarque et j’en rajouter toujours, je m’entais encore et encore. Les filles de 6ème le savait mais je voulais pas l’avouer. Vers la fin de 6ème j’ai essayé de me sacrifier. Je crois que c’était surtout pour qu’on me remarque mais j’avais quand même essayer de me suicidée le soir même à cause de la filles de mon enseigne école. Je sais pas si elle m’harceler mais ça me fesait souffrir mais comme je fesait que de mentir j’en rajouter des tonnes maintenant en 5ème je mens toujours, il y a pas longtemps j’ai fait croire que je voyait des personnes pour plus aller au collège. Depuis la 5ème j’ai envie de me tuer mais je suis jamais passer à l’acte. Mais je me sacrifier de plus en plus. Je vois un psychologue depuis le la grande section. En 6ème je suis allée envoir une autre mais je lui mens même à elle. J’ai l’impression que ma vie n’a plus rien à vivre. J’ai tellement menti que je peux pas revenir en arrière. Mercredi je vais même me faire hospitalier pour le mensonge que j’ai créé. Je sais plus quoi faire pour tous réparer. Je sais pas si je dois tous dire à mes parents et mes amis de collège ou ne rien leur dire. Et plus la vie passe plus je m’enfonce dans une tonnes de mensonge donc j’ai envie de mettre fin à ma vie en voulantmourir dans cette que ma vie n’existepas. Je me dis que je peux me recréé une nouvelle vie. Et que tous cela je m’en souviendrai pas. Et je crois que je suis tellement adicte à ***** que je n’arrive plus à me dire que c’est la vrai vie et je n’arrive pas à l’accepter que ce que je vois c’est là vie et pas autre chose et ça me rends de plus en plus malheureuse. Et puis je pense que j’aimerais être un garçon mais en même temps mon corps de fille me dégoûté pas mais je dis à mes parents, oui il me dégoute . Au point de me muscler pour avoir les abdos des manga.
    Donc c’est pour cela que je l’écrit pour avoir une réponse qui pourrait m’aider et me sentire enfin libre. Et savoir ce que les personnes qui sont dans le même cas que moi pourraient me dire.

    1. Bonjour,
      Tu fais part d’une situation qui te fait beaucoup souffrir et nous te remercions pour ton témoignage. Cependant, l’espace commentaire ne permet pas des échanges individualisés. Pour parler davantage de la situation que tu vis, tu peux nous joindre dans nos espaces interactifs. Si tu as envie de parler avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes, tu peux nous joindre par téléphone au 0800 235 236, par chat’ ou dans notre espace : « Pose tes Questions », accessible depuis notre site. Notre dispositif est anonyme et gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 09h à 23h (22h pour le chat’).
      Si tu as envie d’avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes, tu peux également poster un message dans notre Forum.
      N’hésite pas, nous sommes là pour toi !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  8. Bonjour, je suis un jeune fille de 19 ans qui depuis plusieurs années maintenant souffre de ma scolarité, de mes études et de ma vie en général. Pourtant je n’ai jamais eu de gros problème, j’ai seulement été harcelé à cause de mes origines mais ça ne m’a jamais vraiment atteint. Depuis ma première, je suis fatiguée psychologiquement, j’ai des difficultés à me concentrer sur certaines choses, une énorme difficulté à parler de mes problèmes, des envies suicidaires me viennent fréquemment à l’esprit et un mental au plus bas (surtout depuis mon entrée à la fac, mais je ne tente jamais rien car j’ai aussi peur de mourir), pourtant, j’arrive à prendre sur moi et à ne rien laisser paraitre pour ne pas inquiéter les personnes de mon entourage. Je ne suis jamais aller voir de psychologue mais je ne pense pas être en dépression car cet état est encore trop fort et trop profond pour être le miens. J’ai déjà essayé des lancer quelques légères alertes à ma mère mais étant donné sa santé assez délicate en ce moment, je ne veux pas lui rendre les choses plus difficiles…
    Je ne sais plus ce que je dois faire, je vis seule, je n’ai personnes à qui en parler, pas même avec mon amie car elle est actuellement en pleine révision des partiels et je ne veux pas qu’elle les rates, ni même avec ma cousine la plus proche qui a déjà énormément de problèmes de son côté et dont je ne voudrais pas lui rajouter du travail.
    Je ne veux appeler personne de professionnel car je pense que ça ne m’aidera pas, je veux simplement des conseils sincère ou des personnes dans le même cas que moi qui pourrait m’éclaircir sur ma situation.

    Merci d’avance ^^

    1. Bonjour,
      Tu fais part d’une souffrance importante accompagnée d’idées noires. Nous te remercions pour ton témoignage, tu as bien fait de prendre la parole sur ce sujet qui te fait souffrir. Cependant, l’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échanges. Pour une réponse personnalisée de l’équipe Fil Santé Jeunes (psychologues, médecins) en toute confidentialité, nous t’invitons à nous appeler au 0800 235 236 ou à nous contacter sur le chat’, le dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas, nous sommes là pour toi !

      Si tu as envie d’avoir le soutien d’autres jeunes, tu peux également poster un message dans notre Forum.

      L’équipe Fil Santé Jeunes

  9. Salut
    J’ai 14 ans,je m’entend très mal avec ma mère et à cause de ça des fois je ruine ma scolarité en faisant exprès, je me suis mutilé plusieurs fois à pars ça j’ai pas l’impression de souffrir, je n’ai jamais fais de tentatives de suicide
    Enfaîte moi je voudrais juste arrêter de de vivre sans souffrir ou changer de vie pour une parfaite
    Je me rend compte que j’ai pas trop de quoi me plaindre, je ne me fais pas battre à sang
    J’ai de quoi vivre, je me suis jamais vraiment fais harcelé. Des fois j’ai l’impression que ma vie serai parfaite sans elle
    Mine de rien je passe quand même de bon moments avec elle, donc je la déteste pas.
    Moi j’ai juste du mal avec le fait que c’est la seul personne qui me fait pleurer
    Elle est au courrant que je me suis mutilé
    Et pendant des dispute je lui ai déjà dit que j’allais me suicider sous l’énervement
    Mais elle tout ce qu’elle trouve à faire c’est de se moquer, par exemple quand on va au magasin et
    Qu’on voit une corde elle me dit tien une corde pour te suicider. Mais moi ça ne me fais pas rire.

    1. Bonjour,
      Si tu as envie d’en parler avec un professionnel de santé de l’équipe, tu peux nous joindre par téléphone au 0800 235 236, par chat’ ou dans notre espace : « Pose tes Questions », accessible depuis notre site. Notre dispositif est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 09h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas, nous sommes là pour toi !
      Prends soin de toi.
      L’équipe Fil Santé Jeunes