Idées noires

J’ai des idées suicidaires

image_pdfimage_print

dépressionIssu du latin sui : « soi » et caedere : « tuer » – le suicide est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Le suicide se situe à la deuxième place des causes de mortalité chez les adolescents, après les accidents de voitures. Chaque année en France, mille jeunes meurent par suicide et quarante mille sont hospitalisés après avoir tenté de le faire.

De quoi s’agit-il et pourquoi on en arrive là ?

Un acte de grande souffrance

Il n’y a pas de cause unique aux idées suicidaires. Dans certains moments de crise, d’extrême désespoir ou dans le cadre d’un trouble mental comme la dépression par exemple, certaines personnes n’arrivent pas à faire face aux difficultés qui les font souffrir. Désespérées et aveuglées par leurs problèmes, elles peuvent avoir l’impression de ne plus avoir de solutions pour diminuer leur souffrance. Elles ont le sentiment d’être dans une impasse, dans un tunnel où elles ne voient pas la sortie. C’est alors que des idées suicidaires peuvent se manifester. L’idée de suicide peut, à tort, leur donner le sentiment d’une issue à cette impression d’impasse. Le suicide apparaît en fait, aux yeux des personnes souffrantes, comme étant la seule possibilité qu’il leur reste pour enfin « faire cesser » une souffrance jugée insupportable.

« Je ne voulais pas mourir, je voulais juste me tuer »

Avoir des idées suicidaires n’est jamais anodin et c’est souvent le signe d’un profond mal-être, d’une immense détresse intérieure. Les idées suicidaires sont une forme de signal d’alarme que le cerveau nous envoie pour nous indiquer que nous sommes souffrants et que nous devons chercher de l’aide. Souvent, l’envie de mourir est confondue avec l’envie de stopper la souffrance. Une personne qui a des idées suicidaires n’a pas forcément envie de mourir. Elle cherche à trouver une solution à ses problèmes et à arrêter de souffrir, et non à arrêter de vivre.

En fait, le suicide serait plus un moyen de mettre un terme à une existence qui fait souffrir, un moyen de fuir une réalité insupportable, qu’un véritable désir de mort. C’est par un désir de changement, un désir de vivre différemment, de vivre une vie qui serait telle qu’elle la voudrait et qui ne soit pas soumise aux déceptions, aux ruptures et aux difficultés…, que la personne va être tentée de commettre cet acte, sans forcément se rendre compte des conséquences désastreuses. Lorsque l’on souffre, notre mal-être risque en effet de déformer notre vision de monde au point d’envisager la mort comme une solution. Or, ce n’est pas une solution ! Le suicide, c’est juste l’illusion d’un soulagement. C’est un piège. En réalité, c’est la fin.

Si on a des idées suicidaires, on doit absolument en parler. Le suicide n’est jamais la solution ! Demander de l’aide permet d’avoir un autre regard sur ses problèmes et d’identifier des solutions qui permettront de faire face aux difficultés rencontrées, qui permettront d’aller mieux.


Tu as envie et/ou besoin de parler de toi ou d’échanger avec d’autres sur le sujet ?…

Pose ton post ou participe aux discussions du Forum :

« J’ai envie de mourir »

« S’en sortir ou mourir »

« Suicide »

Articles similaires

239 commentaires

  1. Des fois, j’ai l’impression que seul la douleur physique peut me libérer, me libérer de ce sentiment de mal-être qui me ronge petit à petit, ce mal-être qui me consume, moi, mon physique, mon cerveau, qui consume absolument tout.

    Mes amis deviennent des étrangers à mes yeux et le sentiment de bonheur et de fierté que j’ai pu ressentir s’en va en même temps que mes heures de sommeil. Je me sens vide, mon corps est devenu une carapace de tristesse, qui se force à faire les choses du quotidien pour sauver les meubles.

    Quand tu es jeune, tu penses que la vie est un cadeau, mais plus tu grandit plus tu te rends compte que se monde est faux et que jamais rien ne changeras.

    Tout ce que je veux, c’est rendre fière ma famille, mais comment faire quand tu n’arrives plus à faire quo que ce soit, comment faire quand tu vois la déception de leurs yeux, eux que tu veux à tout prix rendre fière.

    Alors le soir, quand le noir s’imprègne dans la pièce et que tu te retrouves seul, tu songes, tu songes à toutes ses idées.

    C’est la que tout commence, tout d’abord cette sensation de compression, tu as mal, mal partout, mais surtout à la tête et au cœur, tu as l’impression qu’on te mutile l’intérieur de ton corps alors c’est la que tu t’autorises à imaginer. Tu imagines cette lame se planter dans ta peau, tu imagines voir le sang couler et te libérer de cette vie insipide que tu ne supportes plus.

    Mais tu ne fais rien, tu as trop peur, donc tu te dégoûtes encore plus.

    Ce schéma se répète tous les jours jusqu’au moment où tu en aura marre, que tu ne pourras pas t’empêcher de céder à la tentation de cette divine liberté que tu imagines depuis tant de temps.

    [**********]

    Le lendemain, tu te réveilles, la pâteuse à la bouche, la tête qui tourne et tu reprends ta fausse vie faite de sourire que tu portes sur tes lèvres comme un masque afin de cacher ta détresse. Tu te jures de ne plus jamais recommencer, mais qui saura quand tu replongeras ?
    Cette idée te traverse la tête, mais de toute façon qui se plaindra de ton départ, personne.

    1. Bonjour,
      Nous avons attentivement lu ton long message et y avons été très sensibles. Malheureusement, l’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échange. Si tu as envie d’échanger avec un professionnel de l’équipe, nous t’invitons à nous appeler ou à nous contacter par chat’. Le 0800 235 236 est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h – 22h pour le chat’. Tu peux également avoir l’avis et le témoignage d’autres jeunes sur notre Forum. N’Hésite pas
      L’équipe Fil Santé Jeunes

      1. Bonjour anonyme2,
        Tu sembles être dans une situation de grande souffrance et malheureusement l’espace commentaire ne permet pas un véritable échange. Penses-tu pouvoir nous contacter par téléphone au 0800 235 236 ? Tu peux également nous joindre via le ch@t si c’est plus simple pour toi. Cela te permettrait de nous faire part de ta situation et que l’on trouve une solution ensemble afin de t’aider au mieux. Notre ligne est anonyme et gratuite, ouverte tous les jours de 9h à 23h.
        Ne reste pas seul.e avec tout ça, n’hésite pas à nous contacter !
        L’équipe Fil Santé Jeunes

  2. Bonjour ou bonsoir
    J’ai 14ans, j’avais essayé de me suicider plein de fois a cause du harcelement qui était plus souvent verbal que physique, a des moments c’était physique, mais ce qui ma fait le plus mal c’est les critiques, moqueries, tel que « t’es bonne a rien, tu mérites de crever » et rumeurs comme une fois mes anciens ami avez fait une rumeurs comme quoi je m’étais suicider (juste pour se foutre de moi) car j’étais pas venu au collège pendant plusieurs jours a cause du harcèlement, il savez que j’étais pas bien et que je me scarifier. A force ils ont tous réussi a ce que je soit vraiment pas bien, je vis plus de harcèlement mais je suis toujours mal, ca ma un peu trop marqué, après j’ai encore quelque critique qui passe et qui me touche. En plus chaque jour dans ma tête je me dit tout ce qu’il on pas arrêté de me dire pendant des années, de plus je suis encore capable de me suicider, je m’en fiche pas mal de la douleur mais j’ai très envie de le faire

    1. Bonjour laila173,
      Ton message témoigne de beaucoup de courage. Oui il faut du courage pour parler de ce qui nous fait souffrir. Nous pensons que c’est important que tu puisses continuer à le faire avec des personnes de confiance. Peux-tu te confier à tes parents, des amis, un prof, un adulte de confiance ?
      Malheureusement, l’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échange. Si tu as envie d’échanger avec un professionnel de l’équipe sur ce sujet, nous t’invitons à nous appeler ou à nous contacter par chat’. Le 0800 235 236 est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h – 22h pour le chat’.
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  3. Bonsoir ! Je m’appelle Sarah et j’ai 14 ans, j’ai eu beaucoup de pensées negatives et suicidaires ses dernières années que se soit par rapport au notes ou au problèmes familliaux, j’ai souvent des crises d’anxieté chaque fois que je me prepare a aller au college, peut etre par rapport a être vue par le reste du college ou bien simplement car j’ai une phobie scolaire, mon père etant souvent en voyage pour voir sa maitresse dans un autre pays, j’ai souvent hesité a lui envoyer un message lui disant se dont je pense de me suicider, en vain car j’ai toujours pensé que parler de sa a des gens fera qu’ils penseront surement que je suis une fille raté ou mentalement deplacé, j’ai essayer d’en parler a ma mère mais au moment ou jai voulu sortir le mot « suicide » de ma bouche jai ressenti comme une corde m’empechant de parler, j’ai 4 grands frères, un qui a quitter la maison et nous a surement oublier, un autre bipolaire qui est très souvent enerver, un autre qui a rater sa scolarité et que mon père rabaisse tout le temps se qui me blesse profondement, et le dernier qui m’irrite tout le temps, ce dernier m’a, en me derangeant a chaque fois pour nimporte quoi, donné beaucoup de pensées negatives car il me critiquait et mattaquait au niveau du physique comme psychologique, je n’aurai jamais le courage de leurs parler de sa, ma mère m’a frapper et insulter de tout etant bourré une fois pendant près de 8h sans s’arreter, je me suis retrouver dans un foyer ou les enfants me frappait tout le temps car je me renfermait dans ma chambre, dailleurs jen suis sortie remplie de bleu mais mon père prennait sa à la douce, jai souvent demenager avec ma mere car elle netais pas en mesure d’avoir une maison fixe (mes parents sont séparer), jai deja dormi dans une voiture etant jeune, je sautait 4 repas par semaine a cause de perte d’argent, a force de me deplacer de partout et de toujours etre nouvelle je me suis renfermer, mon père me rabaissant car j’ai fait seulement 1 retard ou eu quelques traumatisme qui ont affecter ma personnalité, au college je reste souvent dans mon coin a moins que des amis viennent par peur d’être rejeter par eux ou critiquer en cachette, je suis assez timide donc je ne suis pas vraiment capable de dire se que je souhaite de ma volonté et souvent voulu me couper, d’ailleurs j’ai tenu beaucoup et j’en suis assez fière !
    Je sais que ma situation nest que minimale et rien comparer a d’autres mais je voulais simplement ecrire pour un peu me relacher sachant que jai honte de me confier a qui que se soit car je le prend comme si je voulait de l’attention, voilà merci davoir lit c’est très aimable de votre part et ne lachez rien bisous 😊👋

    1. Bonjour,
      Tu as bien fait de prendre la parole sur tout ce qui te fait souffrir, et sur ce que tu as vécu et vis encore. Écrire et en parler cela peut t’aider à comprendre ce que tu ressens, mais aussi ce que tu pourrais faire pour que la situation change. Car elle peut changer et tu peux aller mieux. Tu as besoin d’aide pour cela car à plusieurs on est plus forts 🙂 Malheureusement l’espace commentaire n’est pas un espace d’échanges. Si tu as envie de d’échanger avec un professionnel de l’équipe, nous t’invitons à nous appeler ou à nous contacter par chat’. Le 0800 235 236 est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h – 22h pour le chat’. Nous sommes là pour réfléchir avec toi et essayer de te proposer des solutions qui te conviennent. N’hésite pas à nous contacter 🙂
      Bonne journée,
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    2. Bonsoir à toi !
      Je souhaite donner un avis sur ton message que j’ai trouvé assez percutant. En effet que ce soit à ta famille où quelqu’un d’autre, je pense qu’il est important que tu parles de ton mal-être et de tes pensées assez sombres . Ce n’est que mon avis ! Mais sache que si jamais , je serai là pour te donner de la force si tu souhaites en parler. Porte toi bien et fait attention à toi , je suis fière du fait que tu ai réussi à simplement en parler sur ce petit site ! Bonne soirée à toi !

    3. bonjour moi pour ma part dans ma famille sa va pas du tout mpon pere me parle comme un chien j ai de plus en plus peur ensuite l ecole c trop dur je n y arrive pas j ai des mauvaise note tout le temps bref pourta,t j essaye jme trouve grosse moche l’année dernierne j’etais en debut d’anorexie je fesais 45 kg et j’ai perdu 10kg et j ai repris 5kg depuis voila ma vie et un enffer si vous avez des conseille je les prends.

      1. Bonjour Charlie,
        Tu fais part dans ton commentaire sur cet article d’un grand mal être. Il est important que tu ne restes pas seule avec tout ça. L’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échange. Pour échanger avec un professionnel de l’équipe sur ta situation, nous t’invitons à nous appeler ou à nous contacter par chat’. Le 0800 235 236 est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h – 22h pour le chat’. N’hésite pas, nous sommes là !
        L’équipe Fil Santé Jeunes

    4. Bonjour Rimsarah,
      Ton message est très touchant et courageux. Le contexte familial dans lequel tu vis, à certainement contribuer à faire grandir ton sentiment de mal-être. Néanmoins, tu es déjà une battante pour arriver sur ce site et en parler, tenir tout ce que tu as déjà vécu.
      Tiens-le coup au collège et après jusqu’à devenir autonome. Tu pourras ensuite prendre ta vie en main, t’entourer des personnes qui méritent ton attention et t’apportent du bonheur et enfin savourer tout ce que la vie t’offriras.
      Courage, en attendant, une aide extérieur à la famille peut être bénéfique (neutre, comme des psychologues en ligne qui peuvent aider à libérer la parole sans jugement)..
      Continue à te battre, essaye de voir devant sans penser au passé. Accorde-toi des plaisirs, chaque moment de la journée est important.
      Voilà, en espérant avoir pu t’aider, un peu..

  4. Bonsoir,
    Je m’appelle marine et j’ai 20 ans
    Sa fait maintenant 5 ans que je pense au suicide
    5 ans que j’en peux plus, sans arrêt je pense à mourir
    Quand j’étais au lycée j’avais fais une dépression à cause de ça j’avais des mauvaise note, je voulais plus rien, je rester sens cesse dans ma chambre, je voulais pas sortir, je voulais être seul, être tranquille. Tout les soirs je me met à pleurer dans mon lit, tout les soir j’écoute de la musique en pensant à ma vie. Le fait de rester à la maison me fais penser à tout ce que j’ai eu. Je vous en supplie aider