Les autres drogues

La kétamine

image_pdfimage_print

A l’origine, la kétamine est un médicament possédant des propriétés anesthésiques (perte de sensibilité) et analgésique (engourdissement de la douleur), utilisé en médecine humaine et vétérinaire et vendue sous l’appellation « Ketalar ® ». En tant que drogue, elle est connue sous le nom de « Spécial K », « K », « Ket », « Kéta », « Kit Kat », « Vitamine K » ou encore « poudre d’ange ».

Elle se présente le plus généralement sous la forme de poudre cristalline blanche, qui est alors sniffée. C’est le mode de consommation le plus fréquent. Sous sa forme (d’origine) liquide, en ampoules ou en flacons, la kétamine peut être bue, ou injectée en intraveineuse ou en intramusculaire, bien que ces modes de consommation restent marginaux. Elle peut aussi être gobée lorsqu’elle se présente en comprimé ou en gélule, ce qui reste très rare.

La kétamine est une drogue très puissante, utilisée par ses consommateurs pour tenter des expériences de voyages aux frontières de la mort. Dans les milieux toxicomanes, on dit que la kétamine : « c’est pile ou face, soit on l’encaisse, soit on en crève ».

Durée des effets

L’apparition et la durée des effets de la kétamine varient selon l’usager, le contexte et le mode de consommation. Sniffée, elle agit en 5-10 minutes et ses effets durent entre 1 et 2 heures. En injection intraveineuse, les effets surviennent immédiatement (quelques secondes) et durent une dizaine de minutes. En injection intramusculaire, les effets apparaissent après quelques minutes et durent environ 1 heure. Ingérée, les effets mettent 20 à 30 minutes pour se faire sentir et durent environ 4 heures.

Effets recherchés

La kétamine provoque tout d’abord un sentiment d’apaisement somatique et psychique, une perte de la sensibilité (les sens sont endormis et on ne ressent plus la douleur) et un état d’euphorie. A faible dose, le consommateur ressent une sensation de flottement donnant l’impression d’être dans un rêve éveillé, cotonneux. Également, la kétamine modifie les perceptions sensorielles en provoquant des troubles de la vision (visions déformées des personnes et des objets par exemple), et une perte de la notion du temps.

A plus forte dose, la consommation de kétamine provoque de fortes hallucinations. Aussi, peuvent apparaitre des idées délirantes, notamment un sentiment de dissociation entre le corps et l’esprit, donnant cette impression de « planer » au-dessus de son propre corps. Cet effet s’apparente aux expériences de mort imminente que peuvent décrire certaines personnes ayant traversé une période de coma.

Effets secondaires, effets indésirables

Divers effets secondaires peuvent rapidement survenir après la prise de kétamine. Des troubles de la vision et de l’élocution, une réduction du rythme respiratoire, une augmentation de la fréquence cardiaque (tachycardie) ainsi que des nausées et des vomissements (risques d’étouffement) se manifestent fréquemment.

Aussi, peuvent apparaitre une confusion mentale avec des propos incohérents, des angoisses liées aux visions hallucinatoires et une désorientation spatio-temporelle. La perturbation de l’équilibre et de la coordination motrice, et la rigidité musculaire (engourdissements, crampes) engendrées par la prise de kétamine peuvent provoquer des chutes avec pertes de connaissances, voire un coma.

Effets à long-terme, risques et complications

Anesthésié par la kétamine, le corps de l’usager est alors insensible à la douleur. Il n’a donc plus de signal d’alarme qui permette au corps de réagir face à un danger. Le consommateur de kétamine est alors plus vulnérable aux chutes et aux brûlures.

Le risque de surdosage de kétamine est important, car cette substance se prend en petite quantité. La surdose (ou overdose) se produit lorsque la quantité administrée dépasse la limite tolérée par l’organisme, nécessitant une action médicale urgente. Elle varie donc selon l’usager. En cas de surdose, une dépression respiratoire et des défaillances cardiaques peuvent se manifester, pouvant être à l’origine d’accidents cérébraux : paralysies temporaires, perte de conscience totale, coma.

Le risque majeur auquel expose chaque prise de kétamine est le « K-hole », un sentiment de malaise et de perte de contrôle très angoissant, similaire au « bad trip ». C’est une expérience désagréable dans laquelle l’euphorie et l’extase laissent la place à une anxiété intense, des crises de panique, une incapacité à distinguer la réalité des hallucinations, à contrôler ses émotions, et une peur incontrôlée de ne pas retrouver son état normal. Le « K-hole » survient souvent quand l’usager est dans une période psychologiquement ou émotionnellement difficile, ou à suite à une prise trop fortement dosée. Le risque de subir cet état est également renforcé lorsque la prise de kétamine est associée avec d’autres drogues et/ou avec de l’alcool.

Généralement, l’usage de kétamine correspond à une recherche d’expérience ponctuelle ; il est donc rarement régulier. Cependant, la kétamine peut créer une dépendance chez les consommateurs pour qui les prises deviennent répétées, voire compulsives. Parallèlement, l’usage chronique et prolongé de kétamine entraine un phénomène de tolérance, c’est-à-dire un besoin d’augmenter les doses ou la fréquence de celles-ci pour obtenir l’effet recherché.

Comme toute drogue, sa consommation est dangereuse et fortement déconseillée. Si toutefois vous étiez amené à en consommer, ne le faites pas seul afin de pouvoir être secouru en cas de besoin.

Pour tout renseignement ou aide, la ligne Drogues Info Service vous répond au 0800 23 13 13 (gratuit et anonyme de 8h à 2h). De nombreuses informations sont également disponibles sur le site internet www.drogues-info-service.fr.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page