Violences sexuellesLes pratiques sexuellesVivre sa sexualité

Sugar daddy, escort, sexworker : c’est quoi ?

image_pdfimage_print

Expression populaire, le terme « sugar daddy » est bien connu. Et depuis plusieurs années, on a vu émerger à ses côtés les appellations « escort » et « sexworker ». Mais est-ce pareil ? En quoi ça consiste exactement ? Souvent différenciées de la prostitution, est-ce que ces autres activités le sont réellement ?

What is it ?

Un sugar daddy ou une sugar mommy, de leur traduction française « papa gâteau » et « maman gâteau », est une personne offrant de l’argent et/ou des biens matériels (un voyage à Bali, un sac de luxe, le dernier smartphone…) à un.e individu.e plus jeune qu’elle, en échange d’une relation. Généralement, ces relations tendent à se sexualiser puisqu’il est très courant que les activités partagées soient surtout des rapports sexuels.

De fil en aiguille, c’est ce qui a conduit avec le temps au terme « escort ». Car à la base, ce mot a été utilisé pour parler d’un service, qui consiste à accompagner un client lors d’activités sociales ou mondaines (aller au restaurant, ne pas se montrer seul.e à une soirée, partir en voyage ou faire du shopping par exemple) et donner l’illusion d’une relation de couple.

Or, tout ce vaste système de service prestige « d’accompagnement » camoufle la partie immergée de l’iceberg, qui semble révéler que les clients ne payent pas vraiment pour ce service-là. En réalité, le but est surtout d’avoir des relations sexuelles tarifées avec l’escort girl ou boy.

Des contours flous

Articles similaires

Est ce que, sous couvert qu’il s’agisse de service ou de cadeaux, peut-on dire que ce n’est pas le marchandage de son corps ? Car après tout, à partir du moment où une relation est payée, cela induit que l’objet voulu a un prix.

Le problème, c’est que c’est précisément ce « déguisement » par la profession qui peut donner l’illusion de contrôler ce qui est fait. Mettre un prix sur son corps, ce n’est pas anodin. Même si cela peut paraître toléré et légalisé via les services d’escort, il n’empêche qu’entre les lignes, ce n’est pas aussi simple que ça. Quand peut-on fixer la limite de ce service ?

Et les sexworkers dans tout ça ?

Si on part des simples faits constatés, tant du côté des « sugar » que des services d’escort, nous parlons effectivement d’une volonté de monnayer son corps.

En d’autres termes, si cette activité a un but lucratif (c’est-à-dire d’argent) pour subvenir à ses besoins, on parle alors de prostitution. Cependant, la prostitution a plusieurs visages et être escort dans une agence est très différent que d’être dans un réseau dangereux.

Mais attention ! Escort, sugar daddy ou prostitution, c’est un exercice qui comporte des risques, notamment pour ta sécurité (tomber sur un.e client.e pas fiable ou violent.e, vouloir arrêter son activité et se retrouver piégé.e sans pouvoir en sortir…).

Tu te poses des questions sur le sujet ? Tu connais quelqu’un qui est dans cette situation ou tu crains d’en faire partie ? N’hésite pas à nous contacter, nous sommes là !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page