La vie à l'école

Vivre de sa passion

image_pdfimage_print

après les coursTu danses comme une étoile, ton escrime fait mouche, tu chantes comme un rossignol, le piano t’obéit au doigt et à l’œil, tu cours plus vite qu’un guépard, tu es un pro des ordis… En un mot : tu as du talent ! Tu pratiques un sport, un art, un loisir, et tu te demandes pourquoi apprendre l’histoire, la géographie et les mathématiques plutôt que de te consacrer à ta passion.

Et si cette passion n’était pas une activité à côté des autres mais un projet professionnel sérieux, un projet d’avenir ?

Au delà du rêve…

En regardant les jeux olympiques de Londres cet été, tu t’es découvert une motivation pour devenir nageur de compétition, tu te vois déjà la médaille d’or autour du cou en 2016 à Rio 😉 Dans le prochain film de Tarantino c’est toi qui seras la vedette ! Ou encore les arcanes des jeux vidéos n’ont plus aucun secret pour ton avatar, tu aimerais tant créer tes propres jeux olympiques de l’informatique !

Attention ! Les disciplines sportives,  artistiques, ou créatrices qui allient un métier à une passion font souvent rêver mais douloureuse peut être la chute en cas d’échec ou de désillusion. On met un coup de projecteur sur ceux qui réussissent au plus haut niveau. Mais la concurrence est rude. Ce sont souvent des métiers qui demandent beaucoup d’efforts pour permettre d’en vivre tous les jours !

Sais tu qu’un athlète de haut niveau, un musicien, un comédien, doit s’entrainer plusieurs heures par jour, tous les jours, même quand il est fatigué (après une teuf d’enfer) ?

Articles similaires

Lors des compétitions, au revoir glaces au chocolat et sachets de chips : bonjour légumes et protéines !!! Les sportifs sont soumis à un régime alimentaire parfois très strict. Avant de déclarer bien fort que tu seras footballeur professionnel et que tu arrêtes le collège, commence par jouer au foot (à nager, à apprendre l’art de la comédie, à apprendre à programmer des logiciels…) avec un entraineur / professeur sérieux. Mets à l’épreuve ton envie, ton désir, en le réalisant en apprenant et persévère pour être le meilleur.

La construction d’un projet aux fondations solides

Tu pratiques un sport, un art, une activité, maintenant depuis quelques années, on dit de toi que tu es doué, on te pousse à faire des compétitions, des castings, des projets, tu te dis que tu pourrais peut être en faire ton métier. « Mais ma journée de travail elle va ressembler à quoi ? »  Tu  peux commencer par interroger ton entraineur, ton prof, en lui posant des questions simples : combien de temps consacres-tu à ton métier ? Comment as-tu fait pour le faire ? As-tu fait des études ? Connais-tu d’autres gens qui pratiquent ce sport/ cet art à haut niveau ? Peux-tu me mettre en contact avec d’autres personnes qui pratiquent un métier dans le domaine que je souhaite mieux comprendre ?

C’est un peu comme une enquête policière. Tu dois pouvoir te faire une idée concrète de ce qui t’attend et de ce que tu es prêt à accepter ou pas pour faire de ta passion un métier. Certains établissements scolaires sont spécialisés dans la pratique d’un sport ou d’un art à haut niveau, les programmes scolaires et les horaires sont alors adaptés.

Et puis un domaine peut te passionner mais tu peux ne pas avoir envie, avoir la capacité aussi, d’être sur le devant de la scène… Regarde le générique d’un film : au-delà des acteurs, il y a une foule de gens (créateurs lumières, cameramen, décorateurs, costumiers, scripts,…) qui ont travaillé à la bonne réussite de ce projet. En sport, c’est pareil (entraineurs, préparateurs, médecins, kinésithérapeutes,…). En faisant ton enquête, tu vas découvrir de nouvelles façons de travailler, de construire ton avenir.

Vivre de sa passion sans se brûler les ailes

Quand tu ne vis plus que pour le théâtre (l’informatique, le badminton, la peinture à l’huile 😉 , parfois pour te détendre, il te faudra trouver une autre activité « extra scolaire ». Car ces activités, ces loisirs, t’apprennent plein de nouvelles sensations, de manières d’être. Elles te permettent aussi de faire un effort collectif, d’appartenir à une équipe (un groupe de travail, de réflexion, un réseau) et de progresser grâce aux regards et conseils des autres. Elles sont là pour éveiller ta curiosité et ton ouverture. Donc le plus important, ce n’est pas de devenir champion mais d’être épanoui !

Et puis tu peux être doué et ne pas avoir envie de devenir professionnel…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page