L'alcool

Binge drinking

image_pdfimage_print

 

Le week-end est souvent l’occasion de voir ses amis pour des fêtes plus ou moins… alcoolisées ! Apprendre à gérer sa consommation d’alcool pour boire avec modération n’est pas toujours facile. On a plutôt tendance à boire trop que pas assez, à tester ses limites, voir à se lancer des défis entre copains pour impressionner les autres. Depuis plusieurs années, on parle d’une nouvelle façon de consommer : le binge-drinking. Ça te parle ?

Binge drinking : c’est quoi ?

Imagine un peu la scène : samedi soir, en vous préparant pour vous rendre chez une amie pour une soirée, tes potes et toi vous descendez en une dizaine de minutes une bouteille de Whisky : hors de question d’arriver sobre ! Cette façon de boire, c’est le binge-drinking (littéralement « binge » veut dire « faire des excès » et « drinking » vient de « to drink » : boire). Il s’agit d’une absorption rapide, en très peu de temps, et intense d’une quantité excessive d’alcool.

Très souvent cette consommation d’alcool est associée à des jeux ou à des défis : celui qui perd doit boire « cul-sec » par exemple. Et quand on est pris par l’ambiance ou que l’on sent autour de soi le regard parfois pesant des autres, il n’est pas toujours facile de résister. On se prend au jeu, on s’amuse et, c’est le piège, on a parfois le sentiment que ça ne fait pas tant d’effet ! Alors on recommence… C’est que l’alcool, pour agir, doit être ingéré par l’organisme et se diffuser dans le sang. En moyenne, il faut compter une demi-heure quand on est à jeun, une heure au cours d’un repas. Et autant te dire qu’en une demi-heure, on a le temps d’en boire des verres avant de sentir qu’on a déjà trop bu ! C’est pourquoi il faut être vigilant et rester attentif à ce qu’on boit et surtout, à ce qu’on a déjà bu !

Tous inégaux face à l’alcool

Articles similaires

On n’est pas tous égaux face à l’alcool, loin de là ! En voyant certains amis boire beaucoup d’alcool et tenir le coup, on s’imagine souvent qu’on doit pouvoir faire pareil, mais il n’en est rien. Suivant sa taille, son poids, son sexe, son degré d’accoutumance ou la vitesse de consommation (on y revient…), les effets de l’alcool ne sont pas les mêmes.

Et quand l’alcool est ingéré, il n’est plus possible de revenir en arrière. Seul le temps peut t’aider à dessoûler. Boire de l’eau peut t’aider à éviter une gueule de bois, mais ça ne diminue pas les quantités consommées. De même, couper de l’alcool fort avec du soda ou du jus d’orange ne réduit pas la quantité d’alcool présente dans un verre : avec ou sans soft, à quantité de boissons alcoolisées égal, le volume d’alcool ingéré est le même !

Être vigilant ensemble

Dans la très grande majorité des cas, le binge-drinking se fait dans des occasions particulières, au cours de moments festifs avec du monde. C’est particulièrement le cas lors des soirées étudiantes. Pour faire partie du groupe, on se sent quasiment obligé d’accepter de participer à des « jeux à boire », même si l’on n’en a pas envie. Aujourd’hui, de telles pratiques sont officiellement interdites par la Loi car elles s’apparentent à une forme de bizutage. Ça ne les empêche pas d’exister, mais en général, les étudiants qui encadrent ces soirées sont sensibilisés à ces questions. Dans ces moments-là, se sentir soutenu par quelqu’un peut être salvateur : on peut puiser dans ce soutien la force pour dire « non ».

Ce genre de consommation excessive engendre beaucoup de risque (coma éthylique, accidents de la route, rapports sexuels non protégés, bagarres,…)

Malheureusement, quand l’alcool est en excès, on passe vite de l’agréable au désagréable. Si quand on est amis on fait la fête ensemble, on essaye aussi de se soutenir mutuellement et d’être sensible à la consommation de chacun. Soyez vigilant, et veillez sur vous les uns, les autres !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page