Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 21 octobre 2015

Je me sens triste, dois-je m’inquiéter ?

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

envie-mourir« Je me sens mal mais j’ai le sentiment que personne ne me comprend… Mes parents disent que c’est normal et me parlent sans cesse de ma « crise d’ado ». J’en peux plus, que faire ?… »

Le « complexe du homard » : nu sous sa carapace

Françoise Dolto, célèbre pédiatre et psychanalyste française, compare l’adolescent à un homard pendant la mue : sans carapace, on se retrouve confronté à tous les dangers, dans l’attente de pouvoir en construire une nouvelle. On est alors partagé entre le désir de devenir adulte, de faire ses propres choix, d’acquérir une certaine autonomie, et celui de se sentir protégé par son entourage, compris. On est ainsi conduit à avoir un pied dans chaque monde : encore enfant mais dans un corps qui devient adulte… Un vrai numéro d’équilibriste !

Le corps change, des désirs nouveaux apparaissent et la manière de voir le monde et les autres évolue. Un pied dans chaque monde donc, mais tout en continuant à se transformer et à se différencier. Alors évidemment, ça se passe plus ou moins violemment, avec plus ou moins de facilité…

La « crise d’ado » peut être passagère, mais il arrive que les pensées douloureuses deviennent envahissantes et insurmontables.

J’en peux plus, que faire ?

Face à ces nombreux changements durant la période adolescente, on peut se sentir dépassé, perdu. Si ces questionnements sont nécessaires pour grandir et se construire, il arrive que le malaise ne cesse de grandir et aille jusqu’aux pensées suicidaires.

La mort peut alors être perçue comme une solution à la souffrance… Vouloir que tout s’arrête, disparaître peut sembler la seule issue… Mais bien souvent ce n’est pas tant l’envie de mettre fin à ses jours mais plutôt celle de vouloir cesser cet épisode douloureux.

Faire face seul à ces idées peut être très angoissant. En parler autour de soi afin de voir la situation autrement et trouver progressivement d’autres issues pour en sortir, ça soulage.

En conclusion, l’adolescence est un moment de richesse, d’espoir, mais aussi de fragilisation. L’entourage ainsi que les professionnels sont des repères importants lorsque, autour de soi, tout semble s’écrouler.

En complément de ce dossier, vous pouvez également consulter le dossier Je vais mal.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Une réflexion au sujet de « Je me sens triste, dois-je m’inquiéter ? »

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)