Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 1 septembre 2017

La pression des compétitions

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

Pratiquer un sport sert à se détendre, à se faire du bien, à se dépasser. Parfois, l’attente de l’entraineur, la pression qu’on se met soi-même, la peur de l’échec, de décevoir ou de perdre ses moyens peuvent transformer l’activité sportive en une épreuve sans saveur. Si la pression procure de l’énergie, il faut veiller à la canaliser pour ne pas perdre tous tes moyens.

En se braquant sur ses résultats, en voulant intensément que quelque chose se produise, en sentant qu’on est peut-être incapable d’y arriver ou en se forçant à satisfaire les attentes des autres, le sportif crée en lui une tension dont il peine parfois à se défaire. Comment relâcher la pression à l’approche de la compétition ?

Fixe-toi des repères !

Bien préparer ton sac permet de focaliser ton attention sur ce qui t’attend, d’entrer progressivement dans la compétition. Un sac bien rangé permet d’avoir l’esprit tranquille et de se concentrer sur la compétition et non sur le matériel. Même les plus grands champions ont leurs petites manies pour se rassurer. Cela peut être un grigri que l’on touche, un mot ou un geste que l’on répète. Regarde Raphaël Nadal juste avant son service canon ! Si tu as tes petits rituels pour te rassurer, utilise-les !

On a coutume de dire qu’un match se gagne avant tout dans la tête. Il est donc essentiel d’apprendre à se concentrer. Certain préféreront faire abstraction de l’environnement, de la salle, du terrain et des spectateurs, d’autres s’appuieront sur la réaction du public. La visualisation mentale d’actions de jeu ou de schémas tactiques travaillés à l’entraînement permet également de baisser la pression. A chacun d’inventer et de développer ses propres stratégies.

Une équipe de vainqueurs !

Ton entourage ou l’entraineur sont parfois source de tensions. S’ils mettent la pression sur tes épaules, c’est qu’ils croient en tes chances de réussir… ils y croient un peu trop même peut-être et en oublient d’être raisonnables. Se mettre un peu à l’écart d’un entourage trop pressé de fêter la victoire permet de faire le vide dans la tête et d’arriver sereinement dans l’arène ! A l’inverse, ils peuvent aussi se révéler des appuis précieux et de bons conseillers pour réfléchir à une tactique et retrouver la confiance nécessaire à la victoire.

Se dire que ce n’est qu’une compétition, penser à des événements bien plus importants ou aux catastrophes qui existent dans le monde sont de petites astuces qui permettent de dédramatiser et de remettre la compétition à sa juste place.

Et 1 et 2 et 3 et 1 et 2 et 3…

Le corps réagit mieux quand il est chaud, l’échauffement ne doit donc pas être banalisé : des gestes, des images, des paroles, des pensées qui font partie de ton programme d’échauffement habituel seront bénéfiques pour ta performance. La respiration fait également partie de la phase de relaxation qui procure un bien être, un relâchement mental et musculaire tout en maintenant la concentration. Enfin un organisme bien reposé et alimenté réagit mieux à l’effort, il ne faut donc jamais négliger de bien dormir, se nourrir et s’hydrater avant l’épreuve.

Si la préparation physique est primordiale, s’imprégner de phrases clés et de pensées positives est tout aussi positif pour la gagne !

S’il peut paraitre parfois étrange d’entendre des sportifs de haut niveau ponctuer chaque réussite significative par un mot, une phrase comme « Allez, on y va »… ou même un geste, cela devient plus évident quand on sait que la confiance en soi et le fait d’être son premier supporter sont des éléments décisifs de la réussite. Se congratuler est un gage de réussite facilement accessible.

Chaque compétition, chaque sportif, chaque pression est différente. Cela suppose que les petits moyens d’apaisements sont personnels et doivent être perpétuellement adaptés selon les moments. Charles Barkley, basketteur américain disait : « La pression, je ne connais pas. La pression c’est ce qu’il y a dans les pneus ».

A toi de faire tienne cette idée afin que la pression soit aussi, et uniquement, dans la bouteille de cidre qui célébrera votre victoire ! :yahoo:  

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)