Le secret

Les secrets de famille

image_pdfimage_print

Que se passe-t-il quand le silence s’installe dans une famille ? Quand un point particulier de l’histoire de la famille devient tabou, ne peut plus être discuté librement ? Abordons la délicate question des secrets de famille : qu’est-ce que c’est ? Pourquoi ça existe ? Est-ce que ça peut avoir des répercussions sur les autres membres de la famille ?

C’est quoi un secret de famille ?

On parle de “secret de famille” lorsqu’une personne cache à un ou plusieurs membres de sa famille (parents, enfants, frères, sœurs, oncles, tantes, grands-parents…) un événement passé ou présent lié à son histoire personnelle, ou à l’histoire d’une personne proche. Par exemple, cacher à son enfant qu’il a été adopté, cacher des actes violents que l’on a commis, cacher qu’une tante s’est suicidée, ou encore qu’un oncle a fait de la prison, etc.

En fait, la zone d’ombre peut s’installer sur à peu près n’importe quel événement… Mais le plus souvent il s’agit de quelque chose de marquant, de douloureux, que l’on souhaite garder le plus caché possible. Chaque famille, dans son histoire, traverse ou vit des moments plus ou moins difficiles, susceptibles de se transformer en secrets.

Pourquoi un tel secret ?

Souvent, des sentiments très douloureux sont liés à ces secrets. Pour ne pas les ressentir, on fait tout pour garder le silence. Voici quelques exemples un peu extrêmes, pour te permettre de bien comprendre, mais les secrets peuvent aussi concerner des événements moins tragiques.

Articles similaires

– On peut entretenir un secret par honte ou par pudeur, et cacher certains faits parce qu’on veut se protéger de ce que les autres pourraient penser. C’est parfois le cas avec le fait d’avoir subi une violence physique, une agression sexuelle ou un viol.

– Parfois, c’est la culpabilité qui crée le secret. On a commis un acte dont on n’est pas fier,  violent ou interdit par la loi, pour lequel on se sent mal. Là aussi, pour se protéger du regard des autres, on préfère se taire.

– Parfois c’est la tristesse qui impose le secret : on a vécu quelque chose de tellement douloureux qu’on va taire l’événement en espérant l’oublier, le rejeter au fin fond de sa mémoire. Cela peut être par exemple un deuil qui continue à peser des années après.

– On peut choisir de ne pas divulguer certains événements dans le but de protéger les autres membres de la famille. On juge que le fait de savoir ce qui s’est passé risque de choquer, de provoquer une douleur ou de l’angoisse… et qu’il vaut mieux ne rien en dire.

Les effets d’un secret de famille

Ne pas pouvoir parler de quelque chose n’est jamais anodin. Tu le sais peut-être si tu as vécu quelque chose de difficile : le poids de la souffrance est toujours plus lourd à porter quand on n’a personne avec qui la partager. Mais dans un groupe, cela touche aussi les proches : même si on ne sait pas ce qui blesse l’autre, on peut parfois ressentir qu’il/elle n’est pas dans son état normal, avoir l’intuition que quelque chose le touche ou le bouleverse…

Par exemple, une mère qui aurait été maltraitée par plusieurs hommes au cours de sa vie, et qui taira ce fait à son adolescente, pourra avoir tendance à le lui transmettre sans s’en rendre compte en la mettant en garde contre les hommes en général, en lui assurant qu’ils sont tous malveillants et violents. Il arrive alors dans ces cas-là qu’on ressente un certain malaise ou une incohérence dans notre lien avec la personne détentrice du secret. La jeune fille qui trouve les garçons autour d’elle plutôt gentils aura ainsi du mal à comprendre les injonctions de sa mère…

Ce qui est particulier avec les familles, c’est que les secrets peuvent même avoir un effet sur des personnes plus lointaines. Certains secrets restent comme cela « actifs » durant des années, c’est-à-dire qu’ils se transmettent au travers de non-dits, au-delà de la volonté de chacun, de générations en générations. On peut ainsi parfois se retrouver à ressentir des choses que l’on a beaucoup de mal à comprendre, et pour cause, car ces sentiments, cette angoisse, ce malaise… peuvent être liés à un événement qui s’est produit dans la famille plusieurs générations plus tôt !

Par exemple, des grands-parents qui ont perdu un enfant à la naissance mais n’en parlent à personne, et notamment pas à leur fils. Plus tard, ce fils a lui-même une fille. Quelque chose circulera peut-être dans la famille, une peur particulière autour de la grossesse ou de l’accouchement, des risques pour la santé des nouveaux-nés… Cette petite-fille, alors qu’elle ne sait rien du secret de ses grands-parents, vivra peut-être des angoisses particulièrement fortes si elle fait des projets d’enfant ou tombe elle-même enceinte.

Révélation : la solution ?

Les choses ne sont pas si simples. Les familles se construisent sur des équilibres (ou des déséquilibres) très complexes, et on ne peut pas prévoir l’effet d’un secret sur une famille particulière. A chaque secret ses effets ! Un secret peut effectivement être “positif” au sens où il protège un membre de la famille… mais en blesser un autre dans les générations suivantes.

Lorsqu’il est révélé, le secret peut être douloureux, voire traumatique sur le moment, donc créer une grande souffrance… Puis apporter des réponses, lever des blocages, apaiser des tensions par la suite. Par exemple, apprendre qu’on a été adopté peut bouleverser sur le moment puis lever certaines interrogations qu’on avait depuis longtemps. Un secret de famille peut également apporter un soulagement, un réconfort sur le moment, puis provoquer un ressentiment ou un mal-être par la suite. Par exemple, découvrir que l’histoire familiale qu’on pensait être la nôtre est en fait très différente de la l’histoire familiale réelle.

L’adolescence peut être un moment où tu commences à te poser des questions sur ta famille, d’où tu viens, ce qui s’est passé dans les générations précédentes… Même sans parler de secret de famille, il n’est déjà pas évident de s’y retrouver, entre ce que tu imagines, ce que l’on te raconte, ce qu’on tait délibérément ou non, ce qui s’est vraiment passé… surtout que tu as tes propres préoccupations et sentiments à toi qui prennent déjà beaucoup de place. Que tu sois touché-e par un secret ou non, tu as le droit de traverser des moments de doutes, de questionnements, de trouble concernant la famille. Si tu sens que tu as du mal à gérer, n’hésite pas à nous appeler !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page