PubertéPremières foisVivre sa sexualité

Puberté : la montée du désir…

image_pdfimage_print

A la puberté, ton corps entre en ébullition. Tes organes sexuels, primaires (appareil génital) et secondaire (poitrine chez les femmes par exemple), se développent en même temps qu’une abondante production d’hormones (testostérone, œstrogène ou progestérone). De ce mélange explosif émerge une sensation nouvelle, une vague qui emporte tout sur son passage : le désir sexuel.

Quand ton monde se colore de sexualité !

Comme tout désir, le désir sexuel est quelque chose qui s’impose à nous. C’est une sensation nouvelle qui nous attrape sans qu’on s’y attende et qu’il va nous falloir comprendre et apprivoiser. Au début, c’est carrément galère ! Il se manifeste de manière totalement aléatoire et dans les moments les plus gênants : en cours ou à la piscine par exemple… 🙄

Ce désir qui déborde tout peut alors avoir quelque chose de déroutant. En particulier quand il ne nous convient pas. Par exemple, on aurait voulu être attiré par les filles, mais ce sont les garçons qui nous plaisent – ou l’inverse ! Il révèle quelque chose de nous-même, quelque chose qu’on ignorait jusqu’à maintenant et dont on se serait bien passé. Pas toujours facile à vivre donc.

Et puis surtout, il prend de la place ! Tu peux alors avoir l’impression de ne penser qu’à ça tout le temps, de voir des allusions sexuelles partout. Une scène d’amour dans un film provoque chez toi une excitation très forte alors qu’auparavant, tu ne l’avais même pas remarquée. Même chose pour telle pub à la télé ou ce « réel » sur Insta. C’est tout ton monde qui se colore de sexualité.

Expérimenter ce désir ?

Éprouver la montée du désir sexuel peut être l’occasion de découvertes et d’expériences nouvelles. C’est d’abord notre corps changeant qu’on découvre : on s’observe, on se touche. Un matin, on découvre ses draps humides, surpris.e par une éjaculation nocturne. Éjaculation qu’on cherche aussi à provoquer par les premières masturbations. Alors le désir mène au plaisir, parfois jusqu’à l’orgasme qui nous libère de cette tension.

On se prend aussi à rêver ou fantasmer des scènes sexuelles dont on a entendu parler ou qu’on a vues dans des vidéos pornographiques. Ces rêveries sont nécessaires, elles aident à construire un imaginaire érotique, à découvrir ce que l’on aime, à se projeter dans de futures expériences.

Mais parfois, ces expériences peuvent créer de la gêne, de la honte voire du dégout. On peut se sentir mal de s’être masturbé ou même simplement coupable d’avoir ressenti du désir, d’avoir eu tel fantasme. Apprivoiser cette partie de soi peut demander du temps qu’il est important de s’accorder.

L’autre et son désir :

Et puis, il y a les autres… Les autres que tu désires et les autres qui te désirent !

Le désir sexuel s’immisçant partout, tu le retrouves bien-sûr dans tes relations avec les autres. Soudainement, un petit geste qui t’aurait semblé anodin 6 mois plus tôt peut déclencher des sensations intenses. Une main sur l’épaule, un câlin, un baiser un peu appuyé et c’est le feu ! 🔥

Dans tes relations amoureuses, il trouve son terrain de jeu préféré. Tu découvres l’intimité de l’autre, de son corps, ce que ça te fait de le voir, de le toucher, mais aussi d’être toi-même vu.e et touché.e.

Enfin, il y a le désir des autres pour soi. Et oui, ce chamboulement que tu vis, les autres aussi y ont droit ! Alors tu sens que quelque chose a changé, que les autres ne te regardent plus exactement comme avant. Qu’ils te désirent en définitive. Il peut y avoir quelque chose de grisant dans le sentiment de se sentir désirer, de voir que l’on plaît aux autres. A d’autres moments en revanche, on se passerait bien de ces regards désirant : ils peuvent être vécus comme intrusifs ou déplacés.

Bref, le désir sexuel nous fait décidément vivre des émotions fortes ! Besoin d’en parler, nous sommes-là !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page