Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 4 décembre 2018

Frères/sœurs malades : et moi dans tout ça ?

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

« Mon frère / ma sœur est atteinte d’une maladie qui fait partie de sa vie, de ma vie aussi. Il / elle va souvent à l’hôpital, a un traitement difficile à suivre… Mes parents sont très présents pour lui / elle. Mais quelle est ma place dans la famille ? Celle d’un frère protecteur ? Celle d’une grande sœur qui va bien et qui n’a aucun problème ? Est-ce que moi aussi, j’ai le droit d’aller mal ? ». Ceux d’entre vous qui vivent cette situation ont déjà dû se poser ces questions. Qu’est-ce qu’avoir un frère ou une sœur malade ? En tout cas, ce n’est pas toujours facile, n’est-ce pas ?

Quoi de neuf docteur ?

As-tu l’impression d’avoir bien compris de quoi souffrait ton frère ou ta sœur ? Il reste parfois, autour de la maladie, des choses que tu ne sais pas ou ne comprends pas bien. Le médecin a pu expliquer à tes parents les difficultés du traitement, les interdits liés à la maladie, les risques, et l’évolution possible …, mais peut-être que tu n’as pas pu les entendre. Quand on ne sait pas trop ce qu’il se passe, on peut s’imaginer plein de choses. Tu préfèrerais peut-être savoir plutôt que d’imaginer, même si ça peut faire un peu peur. Qu’en penses-tu ?

Dans ces cas-là, il ne faut pas hésiter à en parler avec tes parents, à leur expliquer que toi aussi tu as besoin de comprendre. Tu peux aussi en discuter directement avec ton / ta frangin-e bien sûr !

Des sentiments contradictoires ?

Il t’arrive peut-être d’éprouver des sentiments et émotions contradictoires vis-à-vis de tes parents, et de tes frères et sœurs. Rassure-toi c’est normal, surtout à l’adolescence ! Cela arrive dans toutes les familles et dans toutes les fratries ! Mais quand on a un frère ou une sœur atteint d’une maladie ou d’un handicap, c’est un peu différent.

Tu as peut-être le sentiment d’être délaissé(e) par tes parents, mis(e) à l’écart ? As-tu déjà douté de l’amour qu’ils te portent ? T’es-tu déjà dit : « j’ai l’impression qu’ils m’aiment moins que mon frère / ma sœur » par exemple ? Ces ressentis et questionnements peuvent venir du fait qu’à certains moments, l’attention de tes parents va se porter davantage sur ton frère ou ta sœur malade. Ils peuvent avoir l’impression qu’il faut davantage le/la protéger, être encore plus présents.

Face à cela, tu peux parfois ressentir de la tristesse, de la jalousie ou de la colère vis-à-vis de ton frère ou de ta sœur, et de tes parents qui s’occupent un peu trop de lui. Tu peux te demander : “ Pourquoi lui et pas moi ? Si j’étais malade moi aussi, ils verraient que j’existe, que je ne vais pas bien, que j’ai besoin d’eux !”. Mais dans ces cas-là, la jalousie n’est pas facile à exprimer. Tu peux avoir l’impression que tu n’as pas le droit de te plaindre car tu n’es pas malade. Car oui, tu culpabilises aussi parfois d’être en bonne santé, de pouvoir faire des activités où tu t’amuses, alors que ton / ta frangin-e en est privé-e du fait de sa maladie.

Alors quelle est ma place ?

Est-ce malgré tout, une raison pour ne pas dire quand tu vas mal, ou pour au contraire ne pas profiter de ce que la vie t’apporte ?  Tu n’as pas à t’effacer ou à te taire. Au même titre que ton frère ou ta sœur, tu fais partie de cette famille. Tu y as ta place, des choses à vivre, à découvrir, des joies et des peines que tu as aussi le droit de partager.

En parlant de place, attention aussi à ce que les rôles au sein de ta famille ne s’inversent pas. Il est possible qu’en voyant tes parents souvent angoissés et fatigués, tu prennes des responsabilités que peu de jeunes prennent à ton âge. Tu grandis malgré toi et plus vite que tes copains – copines. Tu peux te sentir fier-e et heureux-se d’aider et de réconforter ta famille. Cependant, il y a peut-être des moments où tu aimerais oublier ce rôle, où tu en as marre d’aider tout le temps, et cela peut se comprendre aussi. Malgré tout, tu restes l’enfant de tes parents et ils sont responsables de toi.

Vivre ensemble avec la maladie, c’est difficile. Alors échanger ses ressentis, parler en famille, avec ses copains ou un professionnel est essentiel pour se sentir moins seul-e, et permettre à chacun de la vivre mieux et de mieux se comprendre.

Tu peux aussi échanger avec d’autres jeunes qui vivent la même situation que toi, nos forums sont là pour ça . Et connais-tu l’association Jeunes Aidants Ensemble ? Va vite découvrir leurs actions dans notre interview exclusive !

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)