Maltraitances

Je maltraite quelqu’un

image_pdfimage_print

maltraitance« Depuis quelques temps je traite ma mère et j’ai du mal à ne pas le faire », « Mon petit frère parle de maltraitance quand je m’amuse à le frapper », « Ma sœur dit que quand je l’empêche de sortir c’est de la maltraitance. Je ne comprends pas pourquoi ».

Il n’est pas évident de reconnaître que l’on maltraite quelqu’un. Quand on est confronté à des situations qui nous contrarient on peut avoir a du mal à contenir sa propre violence. Si on a conscience que quelque chose cloche on peut se demander pourquoi on réagit comme ça et comment faire pour changer la situation…

« C’est pour leur bien »

Parfois on peut trouver ses parents ringards, nuls, démodés, ils nous énervent et on a envie de les bousculer, les insulter, les frapper. On peut même en arriver à se dire « je vais le buter »… surtout ils nous interdisent de faire ce qu’on a envie. Il n’est alors pas évident de rester calme… C’est pareil avec les frères et sœurs, il arrive qu’on croie les endurcir ou les protéger des violences de la vie en leur faisant subir à l’avance les dangers qui les attendent dehors…

Mais l’expérience de la violence n’est jamais enrichissante, elle laisse des traces. Elle nourrit la peur ou l’hypocrisie et ne permet pas de construire des stratégies pour se protéger soi-même ou comprendre l’autre.

D’où nous vient parfois cette envie de maltraiter l’autre ?

Articles similaires

Quand on ne comprend pas une situation, une personne, quand on a peur, ou quand on n’arrive pas à obtenir quelque chose, alors on dit que l’on est « frustré ». La frustration c’est quand on veut quelque chose et qu’on ne peut pas être satisfait immédiatement. Par exemple tes parents t’interdisent de jouer à la Play-station et bien l’émotion que tu ressens est de la frustration.

Cette émotion très désagréable on va avoir naturellement envie de la transformer en une autre émotion afin de ne pas se sentir trop impuissant… On va essayer de réagir ! La colère est souvent cousine de la frustration : en fait c’est une manière de reprendre le pouvoir !

Et quand on expérimente le pouvoir sur l’autre on peut en abuser. Cela peut en effet être fascinant de voir que l’on peut faire peur, obliger l’autre à réagir comme on le souhaite. Surtout quand soi-même on a l’impression parfois d’avoir été maltraité, ou impuissant face aux autres. Certains le font par la violence physique ou verbale et d’autres manipulent les sentiments ou le groupe familial pour obtenir satisfaction… rien de tel que de faire encore une fois culpabiliser ses parents en leur faisant du chantage au suicide s’ils ne t’accordent pas ce que tu demandes. C’est une forme de maltraitance perverse qui laisse des traces dans la relation à l’autre.

« Si j’ai maltraité quelqu’un une fois, je risque de recommencer ? »

Malheureusement, faire l’expérience de maltraiter quelqu’un peut être satisfaisante car elle donne l’illusion que l’on a réussi à surmonter sa colère, son manque, ou les limites que les parents avaient essayé de poser. Mais la fin ne justifie pas les moyens. Pour cela on a intimidé, fait peur, manipulé, humilié, ou violenté l’autre ! Et c’est inacceptable.

On n’a pas le droit de blesser ou d’écraser l’autre pour obtenir ce que l’on souhaite. Le chemin est parfois plus long mais beaucoup plus satisfaisant si on le parcourt ensemble.

Mais ce n’est pas parce qu’on a blessé une fois quelqu’un que l’on est forcément devenu un tortionnaire. Souvent les parents, les proches, nous le disent : « t’es allé trop loin », « tu es violent », « tu n’as pas le droit de prendre toutes les décisions pour moi »… Entendre ce qu’ils nous disent c’est commencer à comprendre qu’on a dérapé.

On peut avoir l’impression d’être enfermé dans ce système où pour obtenir ce que l’on souhaite on passe en force. Et parfois on a du mal même à réagir autrement. En colère contre la terre entière, on s’acharne pour éviter de s’effondrer…

Si tu as l’impression que tu as besoin de montrer en permanence aux autres que tu es fort, puissant, que tu n’as jamais de moments de faiblesse, c’est peut être que tu n’as pas les mots pour exprimer tes choix et qu’il t’est difficile d’affronter les autres (sans les détruire). Ne reste alors pas seul avec cette sensation !! Appelle-nous au 0800 235 236 !

Connais-tu le proverbe de Spiderman  😉 : « un grand pouvoir, implique de grandes responsabilités » ? Cela signifie qu’en grandissant, oui, tu acquières un peu plus de pouvoir sur les autres. Mais ce pouvoir, c’est à toi de bien l’utiliser pour être heureux avec ceux avec qui tu vis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page