Violences verbales et moralesMaltraitancesViolences envers soi-mêmeViolences physiquesViolences scolairesViolences sexuelles

Les différentes formes de violence

image_pdfimage_print

La violence est multiforme, les insultes se mélangent parfois aux coups et la violence psychologique est souvent présente. On peut se sentir piégé et ne plus savoir comment réagir. Toutes les formes de violences ont en commun de viser à faire mal, détruire, blesser l’autre ou soi-même.

Afin, d’être mieux armés pour affronter les situations violentes, prenons le temps de définir ensemble ce qu’est la violence et ses différentes formes.

La violence, c’est quoi ?

La violence existe partout : au sein de la famille, à l’école (les violences scolaires), dans la rue, entre amis ou en amour… La violence c’est quand tu es obligé ou forcé à voir, ressentir, ou faire quelque chose que tu ne voulais pas.

Si certaines situations sont violentes pour nous, comme par exemple la mort d’un de nos proches, on parle plus souvent de violences quand elle est provoquée par un agresseur. Et pour faire mal, il/elle peut utiliser différentes formes de violences : Les violences physiques, les violences sexuelles et les violences psychologiques et verbales.

Les violences physiques

Articles similaires

Il s’agit d’une forme de violence visible à l’œil nu. Elle est donc plus facilement repérable et mesurable. Les violences physiques se reconnaissent par les traces qu’elles laissent sur le corps : hématomes (bleus), œdèmes, bosses, brûlures, fractures… Ces traces apparaissent lorsque sont donnés des coups, des morsures, en lançant par terre, étranglant ou exerçant une force ou une contrainte.

Les violences sexuelles

Le terme « violence sexuelle » désigne une situation où l’agresseur, l’auteur des violences, se sert d’une personne pour se satisfaire sexuellement. La victime est alors exposée à une activité ou à un comportement à caractère sexuel qu’elle-même ne souhaite pas.

Etre forcé de voir le sexe de quelqu’un (exhibitionnisme) ou devoir montrer le sien, ce sont des violences sexuelles. Le viol et les attouchements sexuels (le fait de toucher ou de contraindre quelqu’un à toucher les parties intimes d’une autre personne) en font également bien sûr partie. C’est aussi le cas de la pédopornographie qui met en scène des mineurs dans des situations sexualisées.

Les violences psychologiques et verbales

Elles désignent généralement des actions ou des manques (négligences) qui peuvent avoir des effets psychologiques particulièrement destructeurs. Le rejet, l’humiliation, l’intimidation, l’isolement, l’exploitation, le harcèlement scolaire, les insultes… sont considérés comme des formes de violence psychologique.

C’est une violence difficile à détecter et dont la définition est en évolution permanente. En effet, donner une gifle ou enfermer un enfant dans un placard il y a 30 ans pouvait ne pas être considéré comme de la maltraitance. Mais aujourd’hui, (Harry Potter et Poil de Carotte seraient sans aucun doute d’accord avec ça) c’est bel et bien reconnu comme une maltraitance à part entière. En effet, on connait désormais les conséquences souvent graves et à long terme provoquées par les violences psychologiques sur le développement et l’estime de soi d’un enfant ou d’un adolescent.

Les violences contre soi-même : une catégorie à part entière ?

Les violences contre soi-même, c’est toutes les violences que l’on se fait tout seul. Ces violences peuvent être physiques, sexuelles ou psychologiques. Bien souvent c’est une forme de violence qui provient d’une grande souffrance. La violence (extérieure) ressentie ne pouvant pas être exprimée (dite) la personne retourne alors celle-ci contre elle-même.

L’automutilation, les scarifications et le suicide font partie des violences contre soi-même. Cependant, certains comportements à risques comme conduire tous les samedis complétement ivre ou faire l’amour avec de multiples partenaires sans se protéger avec un préservatif… peuvent également s’apparenter à des violences contre soi-même. En tout cas cela mérite que l’on y réfléchisse, non ?

Toutes les formes de violences peuvent provoquer des sentiments diffus de honte ou de culpabilité, on peut chercher à cacher les traces ou les marques que l’on porte sur ou en soi. On peut aussi, sous le choc, avoir ressenti un Etat de Sidération Psychique. Pourtant, afin d’être aidé, mais également de ne plus être seul face à ce qui est incompréhensible, douloureux à dire, il est indispensable de ne pas se taire et d’en parler. N’hésite pas à nous appeler si tu en ressens le besoin !

21 commentaires

    1. Bonjour,
      Pour une information médicale vérifiée et compte tenu de ce que tu décris de ton pied, il est important que tu consultes un médecin rapidement. Nous t’invitons à nous contacter directement pour en parler. Tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », ou pour une réponse immédiate nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’, le dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    1. ecoute la solution cest darreter la beu dans un premier temps si tu es consommateur jeune homme pour des explications va regarder le 1er episode de ********et si c pas ca bah dit le a tes parents et tira voir un urologue bichou hein c la vie faut pas avoir honte de ses problemes de zizi . allez la bise

      1. encore hier gt avc ma soeur et ma mere je bander avc ell mé avc mon pote sa veu pa. et g decouvert un pustule blanc sur mon gland ? c inquiétant?

        1. Bonjour,
          Pour une réponse de la part d’un professionnel de santé, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », ou pour une réponse immédiate nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’, le dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas !
          L’équipe Fil Santé Jeunes

      1. Bonjour,
        Pour une réponse individualisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », ou pour une réponse immédiate nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’, le dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas !
        L’équipe Fil Santé Jeunes

          1. Bonjour,
            Nous comprenons que ce soit difficile pour toi d’en parler. Si tu ne souhaites pas nous appeler, tu peux peut-être nous écrire un mail ? Pour cela, nous t’invitons à nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », accessible depuis notre site. N’hésite pas !
            L’équipe Fil Santé Jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page