Connaître le cannabis

Le cannabis et les copains

image_pdfimage_print

cannabisPremières expérimentations

Le passage de l’enfance à l’adolescence est souvent marqué par des nouvelles envies, des nouveaux centres d’intérêt, des désirs de liberté, de faire de nouvelles expériences pour voir ce que l’on ressent. C’est aussi avoir envie de toucher aux interdits, aux limites voire de les transgresser. La consommation de cannabis n’est pas légale en France (c’est-à-dire qu’elle n’est pas autorisée par la Loi). Quand on est ado, le regard des autres c’est super important quitte à outrepasser les interdits pour se démarquer de ses parents et vouloir montrer aux autres qu’on est « cool ».

Et les copains dans tout ça….

Quand on est ado, on peut ne pas avoir envie de fumer du cannabis. Parce qu’on trouve que c’est mauvais pour la santé, parce que c’est interdit par la loi, parce qu’on a eu une première expérience malheureuse (le fameux « bad trip »), parce qu’on a peur de devenir dépendant, ou bien parce que ça ne nous intéresse pas, tout simplement !

Mais quand on a un groupe de copains/copines qui fument et avec lesquelles on a l’habitude de partager certaines expériences, il n’est pas rare d’entendre autour de soi : « allez te dégonfle pas, juste une taf ça te fera pas de mal ! ». Quand le groupe fume en nous incitant voire en nous mettant la pression pour l’accompagner, il est alors difficile de dire non : « est-ce que je ne vais pas me faire rejeter par les copains, est-ce que je vais pas passer pour un boulet, un gamin ? ».

Pour certains il s’agit d’un rituel social, comme un signe d’appartenance : par exemple le fait que le groupe se passe le joint, c’est comme partager le même trip que les copains.

Articles similaires

Le joint et la fête

Une des occasions au cours de laquelle on peut être amené à fumer un joint, c’est lors de soirées entre potes. L’ambiance festive, la bonne humeur, le plaisir d’être avec ses amis grisés par l’euphorie qui les envahit… peuvent donner envie de partager un joint.

Le contexte dans lequel on est amené à fumer a son importance : fumer tous les soirs seul dans sa chambre pour oublier un quotidien qui ronge, ou fumer très occasionnellement lors d’une soirée entre potes n’a pas la même signification.

Joint = performances ?

Le cannabis est un produit considéré comme toxique parce qu’il a des effets nocifs sur notre organisme. Ce n’est pas toujours évident à comprendre car le cannabis a des vertus relaxantes, déstressantes, jouant ainsi sur la frustration. Il procure des effets qui peuvent paraître dans un premier temps satisfaisants, voire excitants. Effectivement, avec le cannabis on a l’impression de se sentir bien, de pouvoir surmonter les difficultés, de décompresser, de pouvoir réaliser certaines activités, certaines performances sexuelles et intellectuelles. Alors quand on est ado et que le regard des copains compte, le fait d’apparaître tel un « performer » aux yeux des autres, c’est valorisant.

Mais ces effets, qui durent entre 2 et 4 heures selon la dose et la qualité du produit, sont très éphémères et surtout illusoires. Le cannabis modifie non seulement les perceptions et les émotions, mais aussi les réflexes et la vigilance.

Alors avoir des potes, oui. Partager des expériences avec eux, oui. Participer d’une certaine façon à ce qu’ils vivent, oui. Mais l’important est de garder sa personnalité, d’écouter ses envies, ses aspirations, et surtout ne pas se forcer à faire quelque chose qui ne nous plaît pas.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page