Violences envers soi-même

Les scarifications

image_pdfimage_print

C’est quoi se scarifier ?

Se scarifier c’est marquer son corps en le blessant. Cela peut aller de la simple égratignure à la plaie profonde. Dans les sociétés traditionnelles inciser, percer, griffer, tatouer le corps peut être fréquent, sans pour autant exprimer un mal-être.
Mais dans notre culture, les scarifications sont souvent associées à une réelle souffrance psychologique. Cependant, ce ne sont pas tant les marques en elles-mêmes qui sont le signe d’un problème psychologique, mais plutôt le sens qu’on leur donne.
On confond souvent scarification et mutilation. Mais en réalité se mutiler c’est se couper un membre ou un organe (dans le sens sectionner). C’est comme un acte chirurgical, car dans la mutilation, il y a l’idée d’une perte physique, réelle et irréversible du membre.

Les scarifications, j’arrive pas à m’en passer…

Beaucoup d’adolescents qui se scarifient parlent de leur difficulté à s’arrêter, comme s’il s’agissait d’une drogue. Ce geste semble apporter sur le moment un réconfort face au sentiment d’angoisse, de vide et de détresse. Mais en fait, recommencer sans cesse montre qu’il s’agit plutôt d’un cercle vicieux. Non seulement ça ne fonctionne pas, on ne sent pas mieux, mais en plus cela laisse des traces physiques et psychologiques qui finalement renforcent le sentiment de mal-être. C’est donc un leurre car la souffrance revient.

Scarifications : les montrer ou les cacher ?

Derrière le fait de se scarifier, se cachent des contradictions. Il est difficile de comprendre que pour certains, blesser son corps est un acte nécessaire. Comme il est difficile de comprendre que la souffrance liée à ce type de gestes s’accompagne souvent d’un sentiment d’apaisement.
Dans la scarification il y a aussi ce paradoxe entre le montré et le caché : c’est une pratique solitaire, secrète, et pourtant la blessure enroulée dans de multiples pansements est bien plus visible encore.
Souvent on a bien conscience de ce qui ne va pas. On se scarifie alors pour « oublier » ou pour se défouler, décharger nos tensions, nos angoisses, mais paradoxalement, les traces que l’on se fait sur le corps nous y font penser. Alors que cachent réellement ces traces tout en les dévoilant ? Une souffrance, un désespoir, un appel à l’aide…

Le sens des maux

Se faire mal pour aller mieux montre une chose indéniable : un grand mal-être. En fait le geste remplace la parole, et ce qui ne peut être dit en mots, est dit par la voie du sang et de la souffrance. Les scarifications viennent montrer des blessures qui n’arrivent pas à se dire autrement qu’en se marquant, et en se remarquant. En fait, les scarifications attirent le regard de l’autre, et du coup ça maintient le lien avec lui, comme si on avait peur de le perdre.

Parler pour être moins seul-e

Se faire des marques, se scarifier n’est pas honteux, même si on peut le ressentir ainsi. Mais le fait de se cacher nous enferme dans un secret où l’on peut se sentir de plus en plus seul-e. Et lorsqu’on va mal, il est très difficile de trouver, seul-e, des solutions. C’est pourquoi il est très important d’en parler pour réapprendre à voir que les autres sont là, même si on ne les voit plus. Dire les choses, même très graves, ne les fait pas empirer, mais les apaise. La souffrance n’est pas quelque chose qui se juge, elle appelle au contraire à la solidarité et au dialogue. Ainsi on n’est plus seul-e dans son mal-être, dans sa tête et dans son corps. Et peu à peu, les mots prendront la place des blessures.

Où trouver de l’aide ?

Il peut être difficile de parler de tout ça aux parents. Par contre, un autre adulte en qui on a confiance pourrait être à l’écoute et nous conseiller : un prof qu’on aime bien, l’infirmière scolaire, une tante, son médecin généraliste… Et puis, il y a aussi des lieux pour les jeunes comme les Points Accueil Écoute Jeunes (PAEJ), ou les Maisons Des Adolescents (MDA) où il est possible de rencontrer des professionnels de santé comme un psychologue.

Si cela paraît difficile, on peut aussi appeler Fil Santé Jeunes au 0800 235 236 ou écrire dans l’espace « Pose tes Questions« , pour être écouté et pour chercher les mots qui laisseront les marques enfin derrière soi !

Des discussions Forum permettent également d’échanger avec d’autres qui vivent peut-être la même chose :

Articles similaires

109 commentaires

  1. Bonjour,
    Je sais que l’espace commentaire n’est pas un espace d’échanges mais…vraiment j’en peut plus sa fait depuis la 4 eme que j’ai commencée a me scarifier… aujourd’hui je suis en première et ça n’a toujours pas changer parfois je vais rien faire pendant 2-3 semaines et la rien que hier soir ça m’a repris… j’aimerais tellement que ça s’arrête mais je n’y arrive pas…j’ai commencer à cause de mon harcèlement qui a durée du CE 1 en 3 eme..j’arrête pas de me dire que sa s’arrêtera mais non..

    1. Bonjour Eva_x2z
      Tu fais part d’une situation qui te fait souffrir. Tu as raison de demander de l’aide et nous te remercions pour ton témoignage. N’hésite pas à nous contacter par téléphone au 0800 235 236 (7j/7 de 9h à 23h) ou par chat’ (7j/7 de 9h à 22h), si tu as envie d’échanger avec un professionnel de santé de l’équipe sur ce que tu vis en ce moment. Nous sommes là pour toi ! Tu peux aussi nous adresser un mail dans l’espace « Pose tes questions ». Notre dispositif est anonyme et gratuit. Tu peux aussi avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes dans nos Forums.

      L’équipe Fil Santé Jeunes

      1. Bonjour monsieur/ madame, vous êtes sûr qu’il est judicieux d’en parler à son infirmière ? Car en fin d’année scolaire, mon infirmière à découvert que je me scarifier, elle allait tout dire à mes parents en les appelant mais heureusement pour moi ils ne répondaient pas au téléphone, et il se trouve qu’elle n’était là que comme remplacente, ce qui fait que au bout d’un mois elle était partie. D’après ce qu’elle m’a dit, étant donné que nous somme mineurs elle est obligé d’en informer un tuteur légal, et pour être honnête j’ai eu extrêmement peur quand elle m’a dit qu’elle devait en informer mes parents et ça m’a juste mise plus mal que je ne l’était déjà

    2. courage moi perso pour d’autres raison j’ai commencé vers la fin CM2 mais les seuls conseilles que je puisse te donner c’est de mettre tout ce qui coupe à la pobelle ou dansun endroits oû tu es sûre que tu ne pouras pas toucher et de pas t’enfoncer (fumer,tentatives de sucides,boire,ect) parce que perso je fume,je bois,j,ai fais environs dans les 23 tentatives de sucides et je suis que en 6e et j ai 11piges donc vraiment ne t’enfonce pas

      1. Bonjour Me,
        Tu fais part d’un mal-être important. Ton message nous inquiète. Si tu souhaites échanger avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes (psychologues, médecins) en toute confidentialité, tu peux nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’, notre dispositif est anonyme et gratuit. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas, nous sommes là pour toi !
        Tu peux aussi avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes dans nos Forums.

        L’équipe Fil Santé Jeunes

  2. Euh hey ! J’ai 12 ans et 13 en septembre je me mutile depuis maintenant 2 ans et je n’arrive pas à arrêter j’essaie mais je n’arrive pas. Il ya tellement de petit problème qui font que chaque jours et pire que celui d’avant. J’en peut plus et j’arrive meme pas en parler

    1. Bonjour,
      Tu as raison de demander de l’aide, et il est important que tu puisses échanger sur ce qui ce passe pour toi en ce moment. Cependant, l’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échanges. Tu peux nous joindre soit au 0800 235 236 (anonyme et gratuit) soit par chat’ soit par mail dans l’espace Pose Tes Questions.
      Tu peux également avoir l’avis et le témoignage d’autres jeunes dans nos Forums.
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  3. Bonjour si l’on parle de nos scarifications à un professeur sera t’il obliger de le dire au CPE au parents ou autres ou si on lui demande de ne rien dire le fera t’il ?

    1. Bonjour,
      L’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échange. Si tu en as envie, tu peux nous contacter par téléphone au 0800 235 236 (7j/7 de 9h à 23h) ou par chat’ (7j/7 de 9h à 22h) pour poser toutes tes questions.
      Notre dispositif est anonyme et gratuit. N’hésite pas !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    2. bonsoir
      moi meme ai fait l’erreur dans parler à ma prof je peux vous dires que je l’ai vite regretté . Elle en a parlé au CPE puis à l’infirmière donc ils ont du appeler mes parents

    1. Bonjour,
      Si tu as d’échanger avec un professionnel de l’équipe, tu peux nous joindre par téléphone au 0800 235 236, par chat’ ou dans notre espace : « Pose tes Questions », accessible depuis notre site. Notre dispositif est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 09h à 23h (22h pour le chat’).
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  4. Bonjour – bonsoir,
    Je suis une jeune femme de 22 ans et en ce moment ça va à peu près dans ma vie. J’ai un copain depuis quelques années, et je suis heureuse dans mon couple. Malgré tout, et surtout avec la situation actuelle, pas mal de petits problèmes se sont introduits dans ma vie personnelle et j’éprouve en ce moment un sentiment que je n’éprouvais plus depuis bien des années. J’ai constamment envie de reprendre une lame pour me faire du mal même si je sais que cela ne résoudra pas mes soucis. Plus jeune, au collège et un peu au lycée aussi, je me scarifiais à cause du harcèlement que je subissais quotidiennement. Cela fait au moins quatre ans que je n’ai pas pensé à me scarifier mais en ce moment j’y pense un peu trop. Je n’ai pas passé le pas et j’aimerais ne pas le faire, surtout que je ne veux pas que mon chéri s’inquiète pour moi, et comme nous vivons ensembles il le remarquerait immédiatement… J’ai l’impression que ce sentiment que j’éprouve n’est pas légitime… Et que je suis idiotie de penser cela…

    1. Bonjour Lys,
      Tu fais part dans ton commentaire de ton mal-être et de ton envie de te scarifier. Il est important que tu puisses en parler avec des personnes de confiance dans ton entourage, ou à des professionnels de santé. Ne reste pas seule avec ce que tu ressens ! L’équipe de Fil Santé Jeunes (psychologues et médecins) est également à ton écoute que ce soit dans l’espace « Pose tes questions », par Chat’ ou par téléphone au 0800 235 236. Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le Chat’), c’est anonyme et gratuit.
      N’hésite pas, nous sommes là pour toi !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

    2. Hello Lys, je te comprends. Déjà merci de te confier ici, ça m’a fais du bien de lire ce que tu as écris. Je me reconnais un peu dans ton cas. Cette envie qui reviens à cause de petits problèmes alors qu’on a retrouvé un équilibre. J’ai aussi un copain depuis bientôt 2 ans. Il se sacrifiait aussi… J’ai peur qu’il reprenne à cause de moi. C’est déjà arrivé une fois même s’il ne l’avoura pas. Je lutte souvent les soirs pour ne pas replonger, c’est dur. Je cherchais ici une solution à mon problème. Déjà lire ce que tu as écris et t’écrire ça me fais du bien. Merci

  5. bonjour,

    A vrai dire je n’ai pas l’habitude d’exprimer ce que je ressens a par dans la mutilation, sa me libère ,me soulage même si je le sais très bien que cela nous fais plus de mal en réalité mais cette chose est devenu une drogue clairement. Je n’ai pas recommencé depuis deux semaine, mais vous pouvez pas savoir a tel point cela me manque mais je fais avec sans craquer. Même si cela est dure je vais montrer mes cicatrices cette année et les acceptées par la même occasion puis si les autres me regardent je l’ai ignorés parce que j’assume mes bras dans notre vie nous avons tous eu des hauts et des bats je vois pas pourquoi je l’ai cacherai

    1. Bonjour lala,
      Si tu resens le besoin de parler un peu de ce que tu ressens et vis en ce moment nous t’invitons à nous appeler au 0800 235 236 (gratuit et anonyme) ou nous contacter par chat’. Tu peux aussi nous écrire par mail dans l’espace Pose Tes Questions.
      Nous pouvons chercher ensemble ce qui pourrait t’aider.
      L’équipe Fil Santé Jeunes

  6. Bonjour, depuis le début de mon harcèlement, je me scarifie (donc depuis 3|4 ans). Je le faisait très peu de fois mais actuellement près d’une fois tout les 2 jours. J’ai des envies de suicide tout le temps. Depuis peu, je suit un régime très stricte fait par moi et rien qu’hier j’ai perdu 1,2kg . Ça me motive mais le fait de s’avoir que ma copine se scarifie aussi me rend encore plus mal. Je lui ai dis qu’a n’importe quel moment je demanderai une photo et si elle l’a refais je ne lui parlerai plus pendant 24 heures pour un peu la  »forcer » a arrêter (Pareil de son côté envers moi). Elle a dis qu’elle ne sait pas s’arreter de se scarifier. De ce fait, je suis entrain de stresser et ça me donne encore plus envie de me scarifier aussi. Comment faire pour arreter de se scarifier elle et moi. Merci.

    1. Bonjour,
      Tu nous fais part de la situation difficile que vous vivez en ce moment, toi et ta copine. Si tu as envie d’échanger avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes, nous t’invitons à nous contacter directement pour en parler. Il est important que tu ne restes pas seule avec tout ça. Nous te proposons, afin d’y réfléchir ensemble et peut-être trouver des solutions, de nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », ou pour une réponse immédiate de nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’. Notre dispositif est anonyme et gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas !

      Si tu as envie d’avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes, tu peux également poster un message dans notre Forum.

      L’équipe Fil Santé Jeunes

  7. Je me nomme Kurinka , c’est mon nom en japonais. J’ai du commencer la scarification il y a 4 mois je pense , je ne me souviens pas comment l’idée m’est venue. Je le faisais au départ pour qu’on le remarque , des gens l’ont vu et on essayait de m’aider je crois mais ça n’a rien changé. aujourd’hui j’en ai honte , je cache mes traces aussi bien que je peux. Je n’arrive pas à trouver une autre solution que la scarification… j’aimerais avoir de l’aide sans en parler à mes parents. Merci

    1. Bonjour Kurinka,
      Tu te scarifies et tu aimerais avoir de l’aide. Il est important en effet que tu puisses en parler. Cependant, l’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échange. Tu peux poster un message dans notre Forum si tu souhaites avoir le soutien et le témoignage d’autres jeunes. Et si tu souhaites échanger avec un professionnel de l’équipe, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », ou pour une réponse immédiate, nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’. Notre dispositif est anonyme et gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’).
      N’hésite pas, nous sommes là pour toi !

      L’équipe Fil Santé Jeunes

    1. Bonjour,
      Tu te poses des questions sur la scarification. L’espace commentaire n’est pas véritablement un espace d’échange. Si tu souhaites échanger avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes sur ce qui te préoccupe, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pos