Les moyens de contraception

Le préservatif, un tue-l’amour ?

image_pdfimage_print

Ces messages de prévention, tu les as entendus 1000 fois : “protégez-vous”, “sortez couverts” ! Pourtant, ce n’est parfois pas si simple dans la réalité. Entre réticences de ton/ta partenaire à l’utiliser, peur d’en discuter, oubli d’en acheter, effets indésirables supposés, excitation impossible à réprimer… Qu’est-ce qui fait que, malgré notre connaissance des conséquences (IST, grossesse non-désirée), on a parfois envie de s’en passer ? Essayons de comprendre, sans jugement et avec prudence, ce qui peut causer ces réticences.

La mauvaise réputation

Petit tour d’horizon des idées reçues :

Je vais perdre les sensations” : Il est loin le temps où les préservatifs étaient en boyaux d’animaux et où leur épaisseur (plus d’un mm !) était un handicap, mais cette réputation leur colle au latex. On ne va pas te mentir, si fine soit cette petite barrière, le ressenti est différent. Différent, mais pas absent ! Après quelques expériences, le corps, habitué à ces nouvelles sensations, va mieux les repérer. En plus, il existe maintenant des préservatifs spécifiques qui vont procurer des sensations tant au porteur qu’à son/sa partenaire.

Le préservatif c’est la débandade assurée !” : Le moment du rapport sexuel peut s’accompagner d’une perte de l’érection. Beaucoup d’émotions mêlées, un zeste de trouille, une idée parasite… Si en plus, au moment crucial, tu passes 15min en expédition à le chercher dans tous les tiroirs de la maison, on peut comprendre que le pénis pique du nez. Mais est-ce le préservatif qui est en cause, ou la pression que tu te mets ? S’entraîner rend le geste automatique, et l’avoir à portée de main empêche toute dispersion…

Il n’est pas fiable… d’ailleurs parfois il explose !” : Soyons clairs, un préservatif en bon état et bien utilisé n’explose pas, ne se déchire pas, ni ne se troue. Si cela arrive, c’est que :

Articles similaires

– Il est trop vieux ou a séjourné au chaud : par exemple, évite de garder un préservatif trop longtemps dans ta poche ou ton portefeuille, et vérifie toujours la date de péremption.
– Son emballage est abîmé ou un coup d’ongle l’a endommagé (au moment de le sortir, un peu de délicatesse s’impose).
– Tu n’as pas chassé l’air au moment de le mettre (en pinçant la petite bulle à son sommet).

Gênes et douleurs

Au-delà des idées reçues, des représentations farfelues, il crée parfois des difficultés :

Ma partenaire dit que ça la brûle” : Soit il s’agit d’un petit manque de lubrification, et dans ce cas un lubrifiant “à base d’eau” (compatible avec le préservatif) peut faciliter les choses Soit c’est une allergie au latex… plus contraignante, mais même là il existe une solution. Il est possible de commander des préservatifs en polyuréthane : tout aussi protecteurs, et sans douleur ! Et on n’oublie pas qu’il existe aussi le préservatif féminin : pourquoi ne pas essayer, voir si cela vous convient ?

Il est trop serré ça me fait mal / Il n’est pas assez serré et finit par glisser” : Pour le préservatif masculin, il existe plusieurs tailles : il y en a pour tous les pénis. Si cela te serre, n’hésite pas à utiliser un “king size”. Mais si le préservatif glisse sans arrêt, peut-être qu’il faut envisager d’en commander des plus petits.

« Moi je veux bien, c’est mon/ma partenaire qui refuse » : Si ton/ta partenaire est prêt(e) à prendre des risques pour sa santé c’est son choix, mais pas question qu’il/elle joue avec la tienne ! Si cela t’arrive, le plus important c’est peut-être de prendre le temps d’en discuter, et d’expliquer pourquoi il n’est pas envisageable de se passer de la capote…

Urgence et excitation

Quand on a très envie de l’autre, qu’on bout d’excitation à force de caresses et de bisous langoureux, il arrive qu’on soit débordé par les sensations. Là encore : ce n’est pas une raison pour se mettre en danger 🙂

Si vous ne supportez aucun temps mort, le préservatif féminin, qui ne dépend pas de l’érection, peut être posé avant même le début des ébats (et servir jusqu’à 8h). Mais au-delà des aspects “techniques”, pourquoi considérer le préservatif comme une contrainte ? Et si au lieu de le voir comme un tue-l’amour, un gêneur, un empêcheur de jouir en rond, on en faisait un allié de notre plaisir partagé ?

Du plaisir !

Si c’est votre première fois à tous les deux, c’est l’occasion de partir dans une découverte partagée, en prenant soin de vous. Achetez une boîte et prenez le temps de lire la notice explicative. Vous pouvez même vous entraîner à le mettre pendant des préliminaires, pour être plus à l’aise par la suite ! Si l’un des deux partenaires est plus aguerri, c’est l’occasion pour lui d’initier l’autre, en douceur et sans pression : tout le monde débute un jour :whistle: .

Enfin, pourquoi ne pas faire de l’enfilage un jeu, et rendre le préservatif excitant ? Mettre ton partenaire à contribution, et transformer ce moment de stress… en caresse ! La capote peut être excitante, drôle, ludique… et devenir un sex-toy en elle-même. Un préservatif qui vous protège ET participe à votre plaisir ? C’est possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page